SEP et Sérotonine

Les études en cours sur la SEP
Votre sous-forum ici ?
Demandez nous le par message privé
Règles du forum
Retrouvez ici, les discussions autour des différents traitements et leurs effets secondaires ou encore la recherche sur la maladie.
Le caractère sérieux de cette catégorie du forum est incompatible avec les posts inutiles et sans importance réelle avec le sujet.

Nous vous demandons donc de réserver vos posts sans liens sérieux ou hors sujet à d'autres parties du forum qui sont prévues à cet effet ;)

Les débordements seront corrigés après concertation inter modos, et vous serez bien sur avertis en PV.
Toute réaction à ces corrections ne seront pas admises en public, vous pourrez revenir vers nous en PV uniquement.

Merci de votre compréhension
LeFouDuRoi
Habitué(e)
Messages : 64
Inscription : 27 oct. 2018, 07:47
Ville de résidence : Bruxelles
Prénom : Jacques
Ma présentation : Papa d'un garçon de 18 ans à qui on a annoncé une sclérose en plaque.
Contact :

SEP et Sérotonine

Message non lu par LeFouDuRoi » 24 nov. 2018, 11:41

Bonjour,

Je faisais des recherches ce matin pour une petite intervention que je dois faire lors d'une fête de noël et j'avais en tête de faire la différence entre deux "hormones" (neurotransmetteurs est le terme juste mais ne serait pas retenu par l'auditoire), la dopamine et la sérotonine.
Bon, ce n'est pas pour une audience médicale et je n'ai que 15 minutes, donc je ne vais vraiment pas approfondir, juste faire la différence entre l'hormone du plaisir et l'hormone du bonheur... plaisir qui est personnel, bonheur qui se partage... etc... etc...

Si j'en parle ici, ce n'est pas pour ça... mais pour ce que j'ai trouvé comme définitions sur la sérotonine et qui a fait dresser mes "antennes sépiennes", toujours à l'affut de solutions au "problème"...

Sachant que la sérotonine est responsable de la stabilité des sentiments, que nous la produisons nous même et en produisons donc moins lors de trouble émotionnel, qu'elle est produite au niveau de l'intestin principalement, mais aussi au niveau du cerveau, qu'elle agit sur le système nerveux centrale, est responsable de l'endormissement et du réveil et plein d'autres petites choses intéressantes... ça fait pas mal de relation avec la SEP...

Savez vous si des études ont été menées sur la relation entre cette "hormone" et la SEP...?

Avatar de l’utilisateur
Nostromo
Fidèle
Messages : 587
Inscription : 26 mars 2018, 02:32
Ville de résidence : Nyon
Prénom : Jean-Philippe
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=15577
Contact :

Re: SEP et Sérotonine

Message non lu par Nostromo » 24 nov. 2018, 15:39

Salut,
LeFouDuRoi a écrit :Savez vous si des études ont été menées sur la relation entre cette "hormone" et la SEP...?
Faut parler anglais :).

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6052430/

Bonne lecture,

JP.

maglight
Fidèle
Messages : 501
Inscription : 05 juil. 2018, 11:12
Contact :

Re: SEP et Sérotonine

Message non lu par maglight » 24 nov. 2018, 19:52

Bonsoir tout le monde :)

Je reprend une partie du texte qui a attiré mon attention
On reviens sur le stress. (extrait sur la sérotonine SS, lien ci-dessus)

En outre, des études sur la dépression ont mis en évidence une SS altérée dans la SEP. La dépression, généralement admise comme étant causée par des taux bas de 5-HT, est une comorbidité fréquente liée à la SP. La prévalence de la dépression est plus élevée chez les personnes atteintes de démyélinisation que chez les personnes en bonne santé20. Bien que la dépression puisse se manifester à la suite du diagnostic de SEP, une étude récente suggère que la dépression a une pathophysiologie et une cause différentes. 20 Un suivi basé sur un questionnaire de 4 ans sur une cohorte de plus de 1 000 patients atteints de SEP indique que la dépression dans la SEP a un caractère chronique, dure plus longtemps et n'est pas liée à l'évolution de la SEP20. Les auteurs de cette étude soutiennent que la cause de la dépression au cours de la sclérose en plaques est le résultat d'altérations du système nerveux central et non d'une réaction au diagnostic d'une maladie incurable.
Interessant de savoir que c'est plutôt altération de la sérotonine qui peut engendrer a terme, une dépression, et non que se sont les difficultés liées a la pathologie qui la provoque.

Une autre chose attire mon attention,
et va dans le sens de l'Un d'entre Nous qui, ici, avançait une intuition....
[*citation de RomzZz dans "les origines de la SEP ]
Ces experiences guident mon intuition dans une direction. On est tous d'accord que se sont les gaines de myelines qui entourent les axones qui sont endommagé dans la SEP. La question est pourquoi? On pense que c'est le système immunitaire le responsable à cause de l'inflammation qui entoure une lésion. Mais quand on se coupe il y a aussi une forte inflammation pourtant personne n'accuse le système immunitaire. Alors qui d'autre? Dans un système électrique il est possible qu'une surtension endommage la gaine des fils. Ainsi une suractivité neuronal pourrait être à l'origine des lésions et non le système immunitaire.
J'ai d'autres arguments moins forts qui supportent cette intuition mais mon post est déjà assez long. Et j'ai deux questions: Qu'en pensez vous? Et si vous êtes SEPiens, quel métier faites vous? Un boulot stressant mais très stimulant au niveau intellectuel? Vous devinez peut-être mes autres arguments
Romain est chercheur en neuro-science.
Tiré toujours du même lien, ici, cela semble aller dans le même sens.
Les macrophages dans les lésions de SEP présentent un phénotype intermédiaire exprimant à la fois les marqueurs pro-inflammatoires (M1) et les facteurs favorisant la croissance (M2) en fonction de leur polarisation22. Il n'est donc pas clair si le phénotype macrophage détermine la progression de la lésion ou sa limitation et sa réparation23. 5- HT influence la polarisation des macrophages. Des expériences in vitro utilisant des cellules de donneurs en bonne santé et de patients atteints de SEP démontrent que, par le biais de 5-HTR2B et de 5-HTR7 sur des monocytes, la 5-HT dévie la polarisation des monocytes en macrophages M2 via la suppression des cytokines pro-inflammatoires induites par le LPS et la régulation réciproque de M2 ​​et de M1 Gènes liés à la polarisation: un effet potentiellement bénéfique pour la récupération des lésions chez les personnes atteintes de SEP 23,24.

Si la sérotonine ne se trouve pas à l’état naturel dans notre alimentation, certains aliments sont riches en tryptophane, le précurseur de la sérotonine: c’est le cas du riz complet, des produits laitiers, des œufs, des poissons mais aussi des légumineuses du chocolat ou de la banane

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sérotonine
L’alimentation a un effet sur le taux de sérotonine. Cependant, la sérotonine ne traverse pas la barrière hémato-encéphalique41, seul le tryptophane peut le faire. La banane, par exemple, bien qu'elle contienne de la sérotonine, n'a en revanche pas d'effet sur l'humeur lié à sa teneur en ce neurotransmetteur. La dinde n'a pas non plus d'effet sur l'humeur (en tout cas, pas par ce mécanisme), contrairement à une idée répandue41. L'α-lactalbumine, contenue en faible quantité dans le lait, contient relativement plus de tryptophane que la plupart des protéines.
La production de sérotonine dans le cerveau varie directement en fonction du transport du tryptophane dans le cerveau (au travers de la barrière hémato-encéphalique). Le taux de transport est lui-même inversement proportionnel aux concentrations des autres grands acides aminés neutres (leucine, isoleucine, valine, tyrosine, phénylalanine) qui lui font compétition à l'entrée du cerveau. Les concentrations de ces derniers, enfin, varient en fonction de la proportion en glucides et en protéines consommées. C'est ainsi que la consommation de sucre ou de repas sucrés aura pour effet d'augmenter indirectement (et momentanément) les concentrations de tryptophane dans le cerveau, tandis qu'un aliment très protéiné (qui, paradoxalement, contient plus de tous les acides aminés, y compris le tryptophane), aura pour effet de diminuer les concentrations cérébrales de tryptophane et, probablement, de sérotonine42.
Contente de savoir que j'ai bien fait de garder le lait.
L'α-lactalbumine, contenue en faible quantité dans le lait, contient relativement plus de tryptophane que la plupart des protéines.

Autre chose, on parle aussi du macrobiote. et des déséquilibres de la flo intestinale.
Et sur un autre post Nostromo, évoquait l'incidence de la SEP au japon qui se trouve a la même latitude que houston,
ainsi que le stress, lié a leur mode de vie.

la sep a des différences de prévalence très significatives selon les régions considérées. Toute théorie qui ne donnerait pas d'explication à ces différences, partirait avec un biais dont il lui serait délicat de se dépêtrer par la suite. Or, puisqu'on en est à parler de frustration, de neurones qui surchauffent et tout le toutim, je rappelle que si la prévalence de la SEP est en France de l'ordre de 100 cas pour 100'000 individus, au Japon elle n'est que de 4 cas pour 100'000 individus (25 fois moins). Même score (a priori même légèrement inférieur) en Corée du Sud. Pourtant, le Japon comme la Corée du Sud me semblent être des pays qui pratiqueront plus volontiers la "surchauffe intellectuelle" qu'en France.

Tokyo est grosso modo à la latitude de Casablanca ou de Houston (prévalence de la SEP au Texas : 40 pour 100'000, dix fois plus qu'au Japon) ; Séoul un poil plus au nord, vers la latitude de Los Angeles ou de Madrid (prévalence de la SEP en Espagne : 50 pour 100'000). La latitude n'explique donc pas tout non plus...
Si la macrobiote est en cause. il est avéré que la flore intestinale, n'est pas la même selon l'origine de la personne
cela pourrait expliqué que les japonais malgré le stress, soit préservé par leur flore intestinale.

Je suis pas mal convaincue que le macrobiote et le système endocrinien ont un rôle important.
-La Dopamine
-La Sérotonine
mais aussi
-La cortisole ( l'hormone du stress)
-La prolactine ( qui pourrait intervenir lors de la grossesse.)La prolactine est une hormone peptidique sécrétée par les cellules lactotropes de la partie antérieure de l'hypophyse (adénohypophyse). Ses rôles sont multiples, elle intervient notamment dans la lactation, la reproduction, la croissance, l'immunité et le comportement.

Ces hormones ont l'air d'avoir une belle part dans les déséquilibres.
tu manges mal,
tu détraques ta flore intestinale,
tu stress,
tu deprimes,
tu dors pas
tu es en manque d'énergie
.........
Tchuss maglight

LeFouDuRoi
Habitué(e)
Messages : 64
Inscription : 27 oct. 2018, 07:47
Ville de résidence : Bruxelles
Prénom : Jacques
Ma présentation : Papa d'un garçon de 18 ans à qui on a annoncé une sclérose en plaque.
Contact :

Re: SEP et Sérotonine

Message non lu par LeFouDuRoi » 24 nov. 2018, 20:30

J'ai jeté le bébé ce matin avant de commencer une grosse journée et me rend compte qu'il a été rattrapé... mdr
Faut parler anglais :).

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6052430/

Bonne lecture,
J'ai parcouru rapidement en travers... grosse journée, j'ai du mal à me concentrer surtout sur de l'anglais bien médical.
Mais en tout cas, mes antennes ne se sont pas affolées pour rien... il y a bien une relation :D

LeFouDuRoi
Habitué(e)
Messages : 64
Inscription : 27 oct. 2018, 07:47
Ville de résidence : Bruxelles
Prénom : Jacques
Ma présentation : Papa d'un garçon de 18 ans à qui on a annoncé une sclérose en plaque.
Contact :

Re: SEP et Sérotonine

Message non lu par LeFouDuRoi » 24 nov. 2018, 20:48

C'est assez long, vu l'origine, c'est à prendre avec du recul, mais c'est assez intéressant:

https://www.herbano.com/fr/magazine/serotonine

Répondre

Revenir à « La recherche sur la SEP »