Vitamine D

Les études en cours sur la SEP
Votre sous-forum ici ?
Demandez nous le par message privé
Règles du forum
Retrouvez ici, les discussions autour des différents traitements et leurs effets secondaires ou encore la recherche sur la maladie.
Le caractère sérieux de cette catégorie du forum est incompatible avec les posts inutiles et sans importance réelle avec le sujet.

Nous vous demandons donc de réserver vos posts sans liens sérieux ou hors sujet à d'autres parties du forum qui sont prévues à cet effet ;)

Les débordements seront corrigés après concertation inter modos, et vous serez bien sur avertis en PV.
Toute réaction à ces corrections ne seront pas admises en public, vous pourrez revenir vers nous en PV uniquement.

Merci de votre compréhension
Avatar de l’utilisateur
isa33
Fidèle
Messages : 712
Inscription : 29 mai 2011, 17:51
Localisation : Léognan, Gironde
Contact :

Vitamine D

Messagepar isa33 » 09 nov. 2011, 00:15

Des taux élevés de vitamine D sont associés à une inflammation plus basse à l’IRM cérébrale
Rapporté par Laure Michel (CHU de Nantes) d’après la communication :
Higher vitamin D levels are associated with the development of fewer T2- and gadolinium-enhancing brain MRI lesions in multiple sclerosis
Mowry E. et al.
ECTRIMS 2011, Amsterdam (Pays-Bas), 19-22 octobre 2011

Le déficit en vitamine D est associé à un risque plus élevé de développer la SEP, mais également à une augmentation du risque de faire une poussée chez les patients ayant une SEP confirmée. Le but de cette étude a été de déterminer si le taux de vitamine D était associé à l’activité inflammatoire sur l’IRM cérébrale chez des patients atteints de forme rémittente de SEP ou ayant présenté un SCI.

Pour répondre à cette question, les auteurs ont utilisé une cohorte de patients SEP suivis de manière prospective depuis 2004 et ayant bénéficié d’un suivi annuel clinique, d’imagerie et biologique. Les patients présentant une SEP rémittente ou un SCI ont été inclus dans leur étude. Puis des modèles statistiques univariés et multivariés, ajustés sur l’âge, le sexe, l’origine ethnique, le tabagisme et le traitement, ont analysé le lien entre le taux de 25-Hydroxyvitamine D3 et l’activité inflammatoire à l’IRM (nouvelles lésions T2 et nouvelles prises de contrastes).
Quatre cent soixante neuf patients ont ainsi pu être inclus dans l’étude. Les analyses multivariées ont permis de montrer qu’une augmentation du taux de 25 hydroxyvitamine D3 de 10ng/ml était associé avec une diminution de 15% de l’apparition de nouvelles lésions T2 et d’une diminution de 32% de l’apparition de prises de contrastes. De même, des taux élevés de vitamine D étaient associés à un risque plus faible de poussées (mais de manière non significative).

Ces résultats permettent de conforter le rôle de la vitamine D dans l’activité inflammatoire de la maladie. Des essais cliniques doivent maintenant être réalisés afin de confirmer l’intérêt de la supplémentation chez les patients atteints de SEP.
Date de publication : 25-10-2011
née en 1980
sépienne depuis 2003
sous tysabri depuis mai 2009

Avatar de l’utilisateur
PatrickS
Passionné(e)
Messages : 1481
Inscription : 10 mai 2010, 15:38
Contact :

Messagepar PatrickS » 09 nov. 2011, 10:24

Bonjour,

Je prends de la vitamine D3 depuis plus de deux ans: 4500 UI/jour, ce qui est supérieur à la dose préconisé en France. Voici ce que j'ai en stock (lanutrition.fr)


La vitamine D joue-t-elle un rôle dans les maladies auto-immunes ?
C’est ce que suggèrent les études conduites à ce jour, même s’il faut garder à l’esprit qu’il existe dans ces maladies une composante génétique. Par exemple, le risque de sclérose en plaques, qui concerne aujourd’hui surtout les femmes, est plus élevé dans les régions peu ensoleillées. Dans le sud de l’Australie se rencontrent 5 à 6 fois plus de cas pour 100 000 habitants (136 cas en Tasmanie) que dans le nord plus ensoleillé (20 cas dans les Territoires du nord). En France, un travail conduit par Christian Confavreux (Hôpital Neurologique Pierre Wertheimer, Lyon) a établi que la prévalence de la maladie va de 103 cas pour 100 000 dans le nord-est à 45 pour 100 000 en Corse.
Une vaste étude menée conjointement au Canada, en Grande Bretagne, en Suède et au Danemark auprès de 42 000 personnes atteintes de SEP a trouvé que les bébés nés pendant les mois d'été présentent plus de risques de développer la maladie, probablement parce que la maman enceinte a manqué de vitamine D en hiver.

Mais 1000 UI par jour, n’est-ce pas dangereux ? C’est précisément la limite de sécurité en France !
L’idée que les suppléments de vitamine D pourraient être toxiques au-delà de 1000 UI par jour repose sur les conclusions d’un rapport du Conseil supérieur d’hygiène publique de France. On y lit à la page 117 que, chez l’adulte, des signes de toxicité ont été observés à partir de 10 000 UI par jour (et jusqu’à 50 000 UI). Et de citer comme seule source une étude de 1948. [17] C’est ainsi qu’en appliquant à cette valeur de 10 000 UI un coefficient de sécurité de 10, les auteurs de ce rapport ont jugé qu’il ne faut pas prendre plus de 1 000 UI de vitamine D par jour.
Or dans cette étude, les doses administrées n’allaient pas de 10 000 à 50 000 UI, mais de 50 000 à 150 000 UI par jour !
En voici le détail. Sur 200 patients traités pendant 1 à 21 mois, seuls 35 se « sont plaints de symptômes » évocateurs de toxicité (soif, manque d’appétit, nausée, fatigue, mal de tête, etc…) ou ont présenté des signes biochimiques de surcharge, mineurs et transitoires. Ces 35 patients avaient tous reçu des doses de vitamine D comprises entre 100 000 et 150 000 UI par jour. Les auteurs concluent donc logiquement que « la vitamine D à des doses de 100 000 à 150 000 UI par jour peut provoquer des symptômes de toxicité ou des modifications biochimiques qui indiquent une toxicité. »

Patrick
Un jour à la fois
SEP primaire progressive depuis 2002
Aucun traitement
Régime Seignalet depuis mars 2OO9

Avatar de l’utilisateur
Kosok
Accro
Messages : 2704
Inscription : 12 juin 2009, 23:29
Localisation : Pas-de-Calais
Contact :

Messagepar Kosok » 09 nov. 2011, 23:11

J'ai pris au départ un traitement d'attaque tous les mois ( 1 ampoule à 100 000 UI) pendant 3 mois quand on a découvert ma carence en vitamine D. Et maintenant j'entretiens avec une ampoule tous les 3 mois. Cette carence est très fréquente surtout chez les SEPiens. N'hésitez pas à demander un dosage. C'est particulièrement recommandé si vous faites des bolus régulièrement car les corticoïdes peuvent diminuer votre fixation de calcium. Si en plus vous avez une carence en vit D, bonjour les petits os friables et l'ostéopose!
Dernière édition par Kosok le 11 nov. 2011, 15:40, édité 1 fois.
Bétaferonette (un an), Endoxan (3 ans), Cell Cept?
Blogueuse SEPas triste: http://kosok.unblog.fr
14 poussées ouilleouillleouille!!!

stylobicoide
Habitué(e)
Messages : 41
Inscription : 22 sept. 2011, 16:34
Localisation : Caluire et cuire
Contact :

Messagepar stylobicoide » 10 nov. 2011, 16:46

Pas la même maladie mais une maladie "apparentée"

http://www.futura-sciences.com/fr/news/ ... nts_34534/

Dont la vitamine D

Avatar de l’utilisateur
Kosok
Accro
Messages : 2704
Inscription : 12 juin 2009, 23:29
Localisation : Pas-de-Calais
Contact :

Messagepar Kosok » 11 nov. 2011, 15:46

J'ai lu cet article sur le lupus, c'est intéressant. La vitamine D est quand même une piste sérieuse dans le traitement des maladies autoimmunes. De toute façon, on ne risque pas grand chose à être supplémentés en Vit D si cela peut aider à faire disparaitre l'inflammation, c'est tout bon.
Bétaferonette (un an), Endoxan (3 ans), Cell Cept?
Blogueuse SEPas triste: http://kosok.unblog.fr
14 poussées ouilleouillleouille!!!

Avatar de l’utilisateur
PatrickS
Passionné(e)
Messages : 1481
Inscription : 10 mai 2010, 15:38
Contact :

Messagepar PatrickS » 05 déc. 2011, 16:45

Bonjour,

Voici un article de lanutrition.fr au sujet des doses de vitamine D. Conseillée en France 200 UI, selon cet article: 4000 à 8000 UI/jour.

Des chercheurs américains de l'Université de Californie, de l’Ecole de médecine de San Diego et de l’université Creighton à Omaha, parmi lesquels deux des plus grands noms de la recherche sur la vitamine D, ont calculé que les recommandations officielles en vitamine D (200 UI/jour en France) sont bien trop faibles pour atteindre les niveaux sanguins de cette vitamine qui permettent de prévenir le cancer du sein et d’autres maladies chroniques. Leurs conclusions ont été publiées le 21 février 2011 dans le journal Anticancer Research.

« Nous avons constaté qu’un adulte doit disposer chaque jour de 4000 à 8000 UI (unités internationales)de vitamine D pour maintenir les taux sanguins des métabolites de la vitamine D dans la fourchette permettant de réduire de moitié environ le risque de plusieurs maladies - cancer du sein, cancer du côlon, sclérose en plaques, diabète de type 1 », explique le Pr Cedric Garland (université de Californie), l’un des auteurs de l’étude et un pionnier de la recherche sur cette vitamine . « J'ai été surpris de constater que les apports nécessaires pour maintenir le statut en vitamine D dans la zone protectrice sont si élevés. Beaucoup plus élevés que la dose de 400 UI / jour qui était nécessaire pour vaincre le rachitisme au 20e siècle. »

La vitamine D est synthétisée lors de l'exposition aux UVB du soleil, mais seulement entre mars et octobre dans l'hémiqphère nord; à la saison froide, la longueur d'ondes du rayonnement UVB ne permet pas cette synthèse.

L'étude fait état d'une enquête sur plusieurs milliers de bénévoles qui prenaient des suppléments de vitamine D à des doses allant de 1000 à 10000 UI / jour. Des bilans sanguins ont été effectués pour déterminer le niveau de 25(OH)D - la forme sous laquelle la quasi-totalité de la vitamine D circule dans le sang.

« La plupart des scientifiques qui travaillent activement sur la vitamine D pensent maintenant qu’il faut avoir une concentration de25(OH)D de l’ordre de 40 à 60 ng /ml pour prévenir de nombreuses maladies », dit le Pr Garland. « Malheureusement, seulement 10 pour cent de la population américaine a de tels niveaux et il s’agit principalement de personnes qui travaillent à l'extérieur. »

« Maintenant que les résultats de cette étude sont publiés, il va devenir banal pour presque tous les adultes de prendre 4000 UI de vitamine D par jour, » dit le Pr Garland. « C'est une dose bien inférieure aux 10000 UI/j qui est le seuil inférieur du risque d’hypervitaminose D arrêté par les autorités sanitaires américaines, et les avantages sont considérables. Les personnes qui peuvent avoir des contre-indications devraient discuter de leurs besoins en vitamine D avec leur médecin de famille. »

« Il est maintenant temps que pratiquement tout le monde prenne plus de vitamine D pour aider à prévenir certains types majeurs de cancer et plusieurs autres maladies graves, et des fractures », selon Robert Heaney, lui aussi co-auteur de l’étude.

L'analyse de LaNutrition.fr. En 2001, l'ex-Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa, aujourd'hui Anses) a divisé par deux l'apport nutritionnel conseillé (ANC) en vitamine D pour un adulte, le ramenant de 400 à 200 UI par jour. Cette opération a été réalisée arbitrairement, sans la moindre justification scientifique. Cinq ans plus tôt, en 1996, le Conseil supérieur d'hygiène publique de France (CSHPF) avait décrété que la dose maximum de sécurité pour la vitamine D est de 1000 UI par jour - sous-entendu, au-dessus de 1000 UI par jour, des risques pour la santé peuvent apparaître. Depuis, Thierry Souccar et Isabelle Robard dans Santé, mensonges et propagande (Seuil) ont montré que ce chiffre de 1000 UI est entaché d'une erreur de calcul, et que le CSHPF aurait dû retenir le chiffre de... 10000 UI. Quoi qu'il en soit, ni l'ANC de la vitamine D, ni sa dose de sécurité n'ont été à ce jour rectifiés. Il en résulte une situation qui pénalise l'ensemble de la population française, parce que médecins et pharmaciens hésitent à délivrer des doses de vitamine D supérieures à 1000 UI/j et surtout parce que les doses autorisées pour l'enrichissement des aliments en vitamine D correspondent à une fraction des 200 UI - autant dire qu'elles n'ont aucune influence biologique sur le statut des consommateurs. Par ailleurs, l'Institut national du cancer continue de prétendre qu'il faut "éviter de se mettre au soleil aux heures chaudes en été", alors que c'est précisément à ce moment qu'il faut s'exposer et exposer ses enfants pour constituer de bonnes réserves de vitamine D - certes pas plus de 15 à 20 minutes, visage protégé, mais si possible bras, torse et jambes nus.

Pour aller plus loin
Le livre du Dr Brigitte Houssin Soleil, mensonges et propagande, vous dit tout sur la vitamine D.

Référence

Garland CF. Vitamin D Supplement Doses and Serum 25-Hydroxyvitamin D in the Range Associated with Cancer Prevention. Anticancer Res Feb 21 2011


Patrick
Un jour à la fois

SEP primaire progressive depuis 2002

Aucun traitement

Régime Seignalet depuis mars 2OO9

Avatar de l’utilisateur
Kosok
Accro
Messages : 2704
Inscription : 12 juin 2009, 23:29
Localisation : Pas-de-Calais
Contact :

Messagepar Kosok » 05 déc. 2011, 23:32

Intéressant tout cela
Bétaferonette (un an), Endoxan (3 ans), Cell Cept?
Blogueuse SEPas triste: http://kosok.unblog.fr
14 poussées ouilleouillleouille!!!

Avatar de l’utilisateur
plume
Fidèle
Messages : 885
Inscription : 05 déc. 2011, 11:31
Contact :

Messagepar plume » 06 déc. 2011, 22:25

bon je lirai tout ça à tête reposée, mais mon neuro m'en a parlé aussi... il voudrait que je prenne de la vitamine D mais je ne sais pas encore à quel dosage.

Avatar de l’utilisateur
PatrickS
Passionné(e)
Messages : 1481
Inscription : 10 mai 2010, 15:38
Contact :

Messagepar PatrickS » 07 déc. 2011, 10:47

Bonjour,

Pour rappel, je prends 15 gouttes de ZymaD par jour, c'est 4500UI par jour, et cela depuis plus de deux ans, avec une réduction en été (soleil). A un moment donné, j'avais stoppé en été, et certains problèmes ont empirés.

Patrick
Un jour à la fois

SEP primaire progressive depuis 2002

Aucun traitement

Régime Seignalet depuis mars 2OO9

Avatar de l’utilisateur
mykky35
Confirmé(e)
Messages : 171
Inscription : 16 août 2010, 11:35
Localisation : Bretagne
Contact :

Messagepar mykky35 » 08 déc. 2011, 20:53

J'ai lu que pour assimiler correctement le Zyma D , il fallait toutefois une exposition au soleil. Est ce que quelqu'un en sait plus? Y a t-il d'autres formes médicamenteuses ou alimentaires? Merci.
Pour ma part, je prends aussi 15 gouttes de Zyma D ( 8 le matin, 7 le soir) à partir du mois d'cotobre jusqu'au retour du soleil en Bretagne!

Avatar de l’utilisateur
PatrickS
Passionné(e)
Messages : 1481
Inscription : 10 mai 2010, 15:38
Contact :

Messagepar PatrickS » 09 déc. 2011, 09:21

mykky35 a écrit :à partir du mois d'cotobre jusqu'au retour du soleil en Bretagne!


Jusqu'en août? mdr3
A mon avis c'est le meilleur (D3), car certains sont à base de D2 (moins assimilable) et d'autres ont des excipients pas très catholiques.

Patrick
Un jour à la fois

SEP primaire progressive depuis 2002

Aucun traitement

Régime Seignalet depuis mars 2OO9


Revenir vers « La recherche sur la SEP »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : lélé et 2 invités