IRM et immunomodulateurs

Les études en cours sur la SEP
Votre sous-forum ici ?
Demandez nous le par message privé
Règles du forum
Retrouvez ici, les discussions autour des différents traitements et leurs effets secondaires ou encore la recherche sur la maladie.
Le caractère sérieux de cette catégorie du forum est incompatible avec les posts inutiles et sans importance réelle avec le sujet.

Nous vous demandons donc de réserver vos posts sans liens sérieux ou hors sujet à d'autres parties du forum qui sont prévues à cet effet ;)

Les débordements seront corrigés après concertation inter modos, et vous serez bien sur avertis en PV.
Toute réaction à ces corrections ne seront pas admises en public, vous pourrez revenir vers nous en PV uniquement.

Merci de votre compréhension
Avatar de l’utilisateur
isa33
Fidèle
Messages : 712
Inscription : 29 mai 2011, 17:51
Localisation : Léognan, Gironde
Contact :

IRM et immunomodulateurs

Messagepar isa33 » 09 nov. 2011, 00:05

L’IRM cérébrale permet de prédire la réponse au traitement immunomodulateur à 5 ans
Rapporté par Laure Michel (CHU de Nantes) d’après la communication :
Brain MRI activity after disease-modifying treatment may predict disability progression after 5 years in relapsing-remitting multiple sclerosis patients
M Romeo et al.
ECTRIMS 2011, Amsterdam (Pays-Bas), 19-22 octobre 2011


Malgré la publication de plusieurs travaux, il reste aujourd’hui assez difficile d’évaluer les facteurs prédictifs de réponse à long terme aux immunomodulateurs. En premier lieu, car les critères de réponse et de non réponse au traitement immunomodulateur ne sont pas consensuels.
Des travaux ont ainsi déjà montré qu’il existait un lien entre la présence de lésions actives sur l’IRM et la réponse au traitement à 3 ans. L’objectif de cette étude a donc été d’évaluer les facteurs IRM de mauvaise réponse aux immunomodulateurs à 5 ans.

Pour cela, les auteurs ont réalisé une étude observationnelle sur 864 patients atteints de SEP rémittente et chez qui un traitement immunomodulateur avait été initié entre 1996 et 2005.
Les patients devaient avoir été traités au moins 5 ans. Les critères de réponse au traitement choisis par les auteurs étaient :
• Non réponse : Progression du score EDSS d’au moins 1.5 point à 5 ans, ou changement de traitement ;
• Réponse : Pas de poussées et pas de progression du score EDSS > 1.5 à 5 ans ;
• Répondeurs partiels : patients ne remplissant pas les critères de répondeurs ou non répondeurs.

Huit cent soixante quatre patients ont donc été inclus dans l’étude dont 668 ont pu être suivis 5 ans. Seuls 398 d’entre eux avaient bénéficié d’une IRM à un an du début du traitement. Chez ces patients, la présence d’au moins 2 nouvelles lésions « actives » (nouvelles lésions T2 ou prise de contraste) à un an permettait de prédire un risque plus élevé de progression du handicap à 5 ans (OR Répondeur vs non répondeur à 4.0).

L’IRM réalisé à un an du début du traitement reste donc un outil utile pour détecter le risque d’échec du traitement immunomodulateur à long terme.
Date de publication : 25-10-2011
née en 1980
sépienne depuis 2003
sous tysabri depuis mai 2009

Avatar de l’utilisateur
brimbelle
Fidèle
Messages : 442
Inscription : 09 mai 2011, 14:13
Contact :

Messagepar brimbelle » 10 nov. 2011, 10:05

OK, donc je demande une IRM pour septembre 2012.
Hop, noté dans mon agenda :wink:

Ben dis-moi Isa, t'as pas chômé mardi!!

Biz
"J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé" - Voltaire.

Avatar de l’utilisateur
isa33
Fidèle
Messages : 712
Inscription : 29 mai 2011, 17:51
Localisation : Léognan, Gironde
Contact :

Messagepar isa33 » 10 nov. 2011, 23:52

oui, j'ai rattrapé mon retard des derniers jours... lol
j'essai le plus possible d'être au top!! :wink:
née en 1980

sépienne depuis 2003

sous tysabri depuis mai 2009


Revenir vers « La recherche sur la SEP »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité