SEP RR et évolution SEP Progressive selon les traitements

Les études en cours sur la SEP
Votre sous-forum ici ?
Demandez nous le par message privé
Règles du forum
Retrouvez ici, les discussions autour des différents traitements et leurs effets secondaires ou encore la recherche sur la maladie.
Le caractère sérieux de cette catégorie du forum est incompatible avec les posts inutiles et sans importance réelle avec le sujet.

Nous vous demandons donc de réserver vos posts sans liens sérieux ou hors sujet à d'autres parties du forum qui sont prévues à cet effet ;)

Les débordements seront corrigés après concertation inter modos, et vous serez bien sur avertis en PV.
Toute réaction à ces corrections ne seront pas admises en public, vous pourrez revenir vers nous en PV uniquement.

Merci de votre compréhension
Avatar de l’utilisateur
Bashogun
Célébrité
Messages : 6675
Inscription : 14 juin 2016, 18:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

SEP RR et évolution SEP Progressive selon les traitements

Message non lu par Bashogun » 20 janv. 2019, 08:31

Sclérose en plaques récurrente-rémittente :
les « disease-modifying therapies » retardent l'évolution vers une SEP progressive

Lequotidiendumedecin.fr - Charlène Catalifaud - 16 janvier 2019

Dans 80 % des cas, la sclérose en plaques de forme récurrente-rémittente (SEP-RR) évolue en moins de 20 ans vers une forme secondaire progressive. Une étude internationale publiée dans le « JAMA » [Journal of American Medical Association] confirme l'intérêt des « disease-modifying therapies (DMT) » pour éviter la progression vers ce stade et retarder l'apparition du handicap. Une autre étude internationale menée dans la SEP-RR, publiée dans le même numéro du « JAMA », met en évidence le bénéfice potentiel d'une greffe de cellules-souches hématopoïétiques non myéloablative sur la progression de la maladie.

L'intérêt d'un traitement précoce

Dans la première étude, 1 555 patients provenant de 68 centres de neurologie de 21 pays ont été inclus entre 1988 et 2012 (suivi de 4 ans minimum). Les patients traités par DMT (interféron bêta, acétate de glatiramère, fingolimod, natalizumab ou alemtuzumab) ont été comparés, après appariement, à des patients non traités.

[Note : les traitements correspondent, dans l'ordre, à Rebif ou Plegridy, Copaxone, Gilenya, Tysabri et Lemtrada]

De façon globale, le fait de bénéficier d'un traitement était associé à un moindre risque de développer une SEP progressive. En particulier un traitement initial au fingolimod, à l'alemtuzumab ou au natalizumab était associé à un risque plus faible d'évolution vers une SEP secondaire progressive par rapport au traitement à l'acétate de glatiramère ou à l'interféron bêta.

L'étude montre notamment que 12 % des patients initialement traités par acétate de glatiramère ou interféron bêta ont développé une SEP secondaire progressive à 5 ans contre 27 % des patients non traités. Et 19 % des patients sous natalizumab ont développé une forme progressive contre 38 % des patients non traités.

Par ailleurs, le risque d'évolution est réduit par la mise en place précoce du traitement. Les patients qui ont reçu initialement de l'acétate de glatiramère ou de l'interféron bêta dans les 5 ans suivant le début de la maladie présentaient un risque moindre d'évolution vers une SEP secondaire progressive par rapport à ceux traités ultérieurement (HR = 0,77). De plus, les patients initialement sous acétate de glatiramère ou de l’interféron bêta et passés au fingolimod, à l’alemtuzumab ou au natalizumab dans les 5 ans qui suivent l’apparition de la maladie présentaient un moindre risque par rapport à ceux ayant changé plus tard de traitement (HR = 0,76).

« Ces résultats, pris en compte avec les risques associés à ces traitements, peuvent aider au choix d'un DMT pour les patients atteints de SEP-RR », concluent les auteurs.

Un ralentissement de la progression de la maladie

La seconde étude est une étude préliminaire ayant comparé l'intérêt d'une greffe de cellules-souches hématopoïétiques non myéloablative par rapport à un traitement standard par DMT chez 110 patients randomisés 1:1. La maladie a progressé chez trois patients ayant reçu la greffe et chez 34 patients sous DMT.

« Le traitement par greffe a entraîné un délai significativement plus long avant la progression de la maladie par rapport au DMT (HR = 0,07), conclut les auteurs. À notre connaissance, il s'agit du premier essai randomisé évaluant ce type de greffe chez des patients atteints de SEP-RR. »

Article intégral

Article PourquoiDocteur sur le même sujet
Compte Twitter du forum @forum_sep
https://twitter.com/FORUM_SEP
Suivez et utilisez le hashtag :
#SepbySep, la SEP par ceux qui la vivent
Compte Facebook du forum
https://www.facebook.com/forumsep/

Barbara92
VIP
Messages : 4005
Inscription : 16 oct. 2017, 10:08
Prénom : Barbara
Contact :

Re: SEP RR et évolution SEP Progressive selon les traitements

Message non lu par Barbara92 » 20 janv. 2019, 09:02

Merci Bashogun c'est intéressant
En attente d'un diagnostic
SAPL

Avatar de l’utilisateur
maglight
Passionné(e)
Messages : 1659
Inscription : 05 juil. 2018, 11:12
Contact :

Re: SEP RR et évolution SEP Progressive selon les traitements

Message non lu par maglight » 20 janv. 2019, 09:48

Hello bashô,
merci pour cet article intéressant.
« Ces résultats, pris en compte avec les risques associés à ces traitements, peuvent aider au choix d'un DMT pour les patients atteints de SEP-RR »
La note de l'auteur est pertinente.
Tchuss

Avatar de l’utilisateur
Caribou
Fidèle
Messages : 553
Inscription : 09 sept. 2018, 17:49
Ville de résidence : Rouen
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=16111
Contact :

Re: SEP RR et évolution SEP Progressive selon les traitements

Message non lu par Caribou » 20 janv. 2019, 11:00

Bonjour,

Un article très intéressant en effet, qui ne va pas me faciliter la tâche ^^
Dans la première étude, 1 555 patients provenant de 68 centres de neurologie de 21 pays ont été inclus entre 1988 et 2012 (suivi de 4 ans minimum). Les patients traités par DMT (interféron bêta, acétate de glatiramère, fingolimod, natalizumab ou alemtuzumab) ont été comparés, après appariement, à des patients non traités.

[Note : les traitements correspondent, dans l'ordre, à Rebif ou Plegridy, Copaxone, Aubagio, Tysabri et Lemtrada]
Il y a une petite erreur en revanche je crois, si je ne me trompe pas, le fingolimod correspond à Gilenya et non pas à Aubagio ?

Avatar de l’utilisateur
Bashogun
Célébrité
Messages : 6675
Inscription : 14 juin 2016, 18:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

Re: SEP RR et évolution SEP Progressive selon les traitements

Message non lu par Bashogun » 20 janv. 2019, 12:59

Oups !
Merci d'avoir signalé mon erreur, Caribou.
Je corrige de suite !

Et j'en profite pour préciser que Interféron et Copaxone sont deux traitements de 'première intention' tandis que les autres sont de 'deuxième intention', ce qui peut expliquer les différences indiquées par l'étude.

Bien à vous.
Compte Twitter du forum @forum_sep
https://twitter.com/FORUM_SEP
Suivez et utilisez le hashtag :
#SepbySep, la SEP par ceux qui la vivent
Compte Facebook du forum
https://www.facebook.com/forumsep/

Avatar de l’utilisateur
Nostromo
Passionné(e)
Messages : 1294
Inscription : 26 mars 2018, 02:32
Ville de résidence : Nyon
Prénom : Jean-Philippe
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=15577
Contact :

Re: SEP RR et évolution SEP Progressive selon les traitements

Message non lu par Nostromo » 20 janv. 2019, 23:45

Salut Bashogun,

Très intéressante étude, enfin. Ce n'est pas une étude dite randomisée en double aveugle, mais une étude dite "de cohorte", ce qui à mes yeux en rend les conclusions tout aussi pertinentes, ou peu s'en faut.

Pour les anglophones, plutôt que l'article qui la relate, le résumé de l'étude originale se trouvera ici : https://jamanetwork.com/journals/jama/a ... ct/2720726.

Ce résumé commence par relever que le lien entre les DMT et le passage en SP avait "rarement été étudié, et jamais en suivant une définiton validée" : on a failli attendre :).

Ses conclusions sont que dans l'optique de retarder le passage en SP, il est préférable de prendre un traitement récent (fingolimod, alemtuzumab, natalizumab) que plus ancien (acétate de glatiramère, interféron bêta). Je cite : "initial treatment with fingolimod, alemtuzumab, or natalizumab was associated with a lower risk of conversion to secondary progressive MS vs initial treatment with glatiramer acetate or interferon beta".

Et c'est là que je m'interroge :
L'étude montre notamment que 12 % des patients initialement traités par acétate de glatiramère ou interféron bêta ont développé une SEP secondaire progressive à 5 ans contre 27 % des patients non traités. Et 19 % des patients sous natalizumab ont développé une forme progressive contre 38 % des patients non traités.
Il y a manifestement un détail qui m'échappe, comme par exemple une durée de référence qui aurait pu être sensiblement différente selon les traitements étudiés ? Car 12% des patients qui basculent en SP sous traitement A, j'ai tendance à trouver ça plus efficace que 19% qui basculent en SP sous traitement B, or l'étude conclut que le traitement B est plus efficace que A. De la même façon, ne pas prendre de traitement s'accompagne-t-il d'un risque de développer une SEP secondaire progressive de 27%, ou de 38% ? (et au bout de combien de temps à chaque fois ? on précise bien 5 ans pour le traitement A, mais on ne précise rien pour le traitement B).

Je n'ai pas réussi à mettre la main sur l'étude complète, seul le résumé est disponible. Si quelqu'un a l'information...

Merci à toi et à bientôt,

Jean-Philippe.

Avatar de l’utilisateur
Bashogun
Célébrité
Messages : 6675
Inscription : 14 juin 2016, 18:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

Re: SEP RR et évolution SEP Progressive selon les traitements

Message non lu par Bashogun » 21 janv. 2019, 06:29

Salut à toi, Nostromo !

tu soulèves un point intéressant et il serait utile de mettre la main sur l'étude elle-même.

Car il y a une question essentielle qui devrait y être précisée : la situation initiale des patients selon chaque traitement. Commencer par un traitement de première intention comme Copaxone ou Rebif, ou de deuxième intention, comme Tysabri ou Gilenya, marque très certainement une activité Sep différente.
Cela pourrait expliquer ces pourcentages a priori plus favorables pour les traitements de première intention : un pronostic d'évolution vers une progressive secondaire différent.

Bien à toi.
Compte Twitter du forum @forum_sep
https://twitter.com/FORUM_SEP
Suivez et utilisez le hashtag :
#SepbySep, la SEP par ceux qui la vivent
Compte Facebook du forum
https://www.facebook.com/forumsep/

Avatar de l’utilisateur
Coxy
Habitué(e)
Messages : 51
Inscription : 05 avr. 2017, 01:04
Prénom : Céline
Ma présentation : Diagnostiquée en mars 2017
Contact :

Re: SEP RR et évolution SEP Progressive selon les traitements

Message non lu par Coxy » 21 janv. 2019, 22:00

Merci pour cette article Bashogun !
Il faudra quand même que je le relise pour bien tout assimiler !
En tout je vois qu'il y a de plus de plus recherches qui aboutissent email des résultats eux aussi se plus en plus encourageants !

Tant que y a de la vie....

Bises a tous

babou941
Confirmé(e)
Messages : 268
Inscription : 20 oct. 2016, 20:50
Ville de résidence : creteil
Contact :

Re: SEP RR et évolution SEP Progressive selon les traitements

Message non lu par babou941 » 22 janv. 2019, 22:40

Merci pour cette étude
Jean Philipe je me suis posé la même question que toi en liwant. Étant sous interferon beta.
Bonne nuit

Répondre

Revenir à « La recherche sur la SEP »