Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Les études en cours sur la SEP
Votre sous-forum ici ?
Demandez nous le par message privé
Règles du forum
Retrouvez ici, les discussions autour des différents traitements et leurs effets secondaires ou encore la recherche sur la maladie.
Le caractère sérieux de cette catégorie du forum est incompatible avec les posts inutiles et sans importance réelle avec le sujet.

Nous vous demandons donc de réserver vos posts sans liens sérieux ou hors sujet à d'autres parties du forum qui sont prévues à cet effet ;)

Les débordements seront corrigés après concertation inter modos, et vous serez bien sur avertis en PV.
Toute réaction à ces corrections ne seront pas admises en public, vous pourrez revenir vers nous en PV uniquement.

Merci de votre compréhension
RomZzZ
Habitué(e)
Messages : 45
Inscription : 07 mars 2017, 10:22
Ville de résidence : Paris
Prénom : Romain
Ma présentation : 32 ans aujourd'hui en 2017. Sepiens et chercheur en neuro.
Contact :

Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar RomZzZ » 09 oct. 2017, 11:43

#ClinicSpeak & #ResearchSpeak: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Titre original : "#ClinicSpeak & #ResearchSpeak: how close are we to pinning down EBV as being the cause of MS? "
Un post qui donne de l'espoir à nous sépiens (note du traducteur: EBV Epstein Barr Virus)

La théorie de la causalité est essentielle pour encadrer le problème de l'EBV dans la SEP. #ClinicSpeak #ResearchSpeak

Résumé: Ce post prépare le terrain pour une révision des critères de Bradford-Hill autour de l'EBV comme cause de la SEP.

Sommes-nous sur le point de prouver que l'EBV est la cause de la SEP? J'ai publié plusieurs fois sur ce sujet, mais l'un des critères de Bradford-Hill que nous utilisons pour établir le lien de causalité est "Cohérence avec le contexte biologique et les connaissances antérieures". Nous disposons maintenant d'au moins neuf classes de DMT qui ont démontré leur efficacité dans la SEP, et nous avons démontré au cours des derniers mois qu'elles fonctionnent via les lymphocytes B, en particulier les lymphocytes B à mémoire. Il se peut que la cellule de mémoire B soit la cellule principale où l'EBV réside dans un état latent. Le défi consiste maintenant à savoir comment intégrer ces connaissances à ce que nous savons sur la pathogénèse de la SEP et les autres facteurs qui sont dans la voie causale, par exemple, le tabagisme, l'exposition à la lumière du soleil, le sexe féminin et les voies génétiques identifiées à partir de l'ensemble des études sur les associations génétiques. Nous avons tant à faire et si peu de temps. Indépendamment de ces travaux, nous devons commencer nos études proposées sur la mononucléose infectieuse et la vaccination contre l'EBV le plus tôt possible. La causalité ne sera prouvée que lorsque nous démontrerons que la prévention ou le traitement de la mononucléose infectieuse ou la prévention de l'infection à EBV réduisent l'incidence de la SEP.

Le statisticien britannique, Sir Austin Bradford-Hill, a formulé des critères de causalité plus généraux et appropriés; voici les critères de Bradford-Hill:




1.1. CONSIGNITÉ ET NON-BASÉITÉ DES CONSTATATIONS

2.2. FORCE DE L'ASSOCIATION

3.3. SÉQUENCE TEMPORELLE

4. GRADIENT BIOLOGIQUE (RÉPARATION DOSE-RESPONSE)

5. SPÉCIFICATIONS

6. COHÉRENCE AVEC LE CONTEXTE BIOLOGIQUE ET LES CONNAISSANCES PRÉCÉDENTES

7. PLAUSIBILITÉ BIOLOGIQUE

8. RAISONS PAR ANALOGIE

9. PREUVE EXPERIMENTALE

Si vous souhaitez en savoir plus sur ces critères, je vous suggère les références suivantes:

Bradford-Hill A. L'environnement et la maladie: association ou causalité? Proc Royal Soc Med 1965;58:295-300.

Critères de Bradford-Hills

Les critères de Bradford-Hill ont été modifiés pour les appliquer au problème de la SEP. J'ai cosigné le présent article il y a plus de 10 ans. Je pense qu'il est temps de le mettre à jour avec les nouvelles connaissances acquises depuis lors. L'affaire est plus convaincante que jamais.

Giovannoni et coll. causes infectieuses de la sclérose en plaques. Lancet Neurol. 2006 oct. 5 (10): 887-94.

CoI: multiple et je suis convaincu que l'EBV est la cause de la SEP.

Avatar de l’utilisateur
Defcom
Messages : 13828
Inscription : 13 avr. 2010, 19:15
Localisation : Hauts de France (Pas de Calais)
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar Defcom » 09 oct. 2017, 22:01

Bonsoir RomZzZ
Ce post semble intéressant,as tu une source de celui ci ?

Bonne soirée :wink:
"Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l'immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire."

RomZzZ
Habitué(e)
Messages : 45
Inscription : 07 mars 2017, 10:22
Ville de résidence : Paris
Prénom : Romain
Ma présentation : 32 ans aujourd'hui en 2017. Sepiens et chercheur en neuro.
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar RomZzZ » 10 oct. 2017, 12:11

Bonjour Defcom,

Il vient du blog: http://multiple-sclerosis-research.blogspot.com/ , en anglais mais avec les progrès incroyable de la traduction (cf DeepL translator), plus besoin de bien maîtriser la langue de Shakespeare pour comprendre le blog. Attention tout de même: ils sont cash pistache ce qui peut être déroutant pour les francophone. Et je met les posts les plus "positifs"

A bientôt,
Romain

Avatar de l’utilisateur
Defcom
Messages : 13828
Inscription : 13 avr. 2010, 19:15
Localisation : Hauts de France (Pas de Calais)
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar Defcom » 10 oct. 2017, 21:07

Merci RomZzZ pour le lien,c'est toujours intéressant de savoir d'où vient l'info :wink:
"Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l'immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire."

Avatar de l’utilisateur
Bashogun
VIP
Messages : 3971
Inscription : 14 juin 2016, 18:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar Bashogun » 11 oct. 2017, 08:06

Bonjour RomZzZ et merci pour ces infos.

J'ai tout de même une interrogation :
j'ai fait quelques recherches sur Internet (de base !) et selon plusieurs sites, le virus EBV est présent chez une énorme partie de la population, au moins à l'état latent. Si c'est bien le cas, c'est astronomiquement supérieur aux cas de mononucléose ainsi qu'aux cas de Sep.
Si l'EBV est en cause, resterait donc tout de même à déterminer le facteur déclencheur...
Non ?

Bien à toi.
Compte Twitter du forum @forum_sep
https://twitter.com/FORUM_SEP
Suivez et utilisez le hashtag :
#SepbySep, la SEP par ceux qui la vivent
Compte Facebook du forum
https://www.facebook.com/forumsep/

RomZzZ
Habitué(e)
Messages : 45
Inscription : 07 mars 2017, 10:22
Ville de résidence : Paris
Prénom : Romain
Ma présentation : 32 ans aujourd'hui en 2017. Sepiens et chercheur en neuro.
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar RomZzZ » 11 oct. 2017, 15:31

Bonjour Bashogun,

C'est la question centrale en effet. Il y a plus de 90% des gens qui sont EBV positif. C'est un virus de la famille de l'herpes, et comme l'herpes le nombre de gens qui sont infectés par ce virus est bien supérieur au nombre de gens ayant de l'herpes. A noter que l'herpes à d'autre similarités avec la SEP par exemple la progression par crises.

Ceci étant dit il y a plusieurs choses qui vont dans le sens de cette "origine virale" de la SEP.

D'abord il est impossible d'avoir la SEP et de ne pas être infecté par l'EBV. Donc même si 90% est proche de 100% la différence est remarquable.

Ensuite il y le cas du sida. Il y a très (très) peu de gens qui ont à la fois le SIDA et la SEP. On pourrait penser que c'est parce que les sidaéliques sont immunodéprimés. Mais un cas en Angleterre a soulevé de nombreuses questions. Une sépienne de plus de 30 ans à pris un traitement préventif contre le VIH. Chance pour elle, elle n'avait pas le VIH; double chance même car elle a observé une nette amélioration de ses symptômes SEP. qui sont réapparu après la fin du traitement antiviral En conclusion ce n'est pas le VIH qui "combat" la SEP, mais le traitement a base d'antiviraux contre le VIH. Malheureusement on ne sait toujours pas quel anti viral était efficace contre la SEP et certain de ces médicaments sont loin d'être anodin.

C'est vrai que cette théorie du virus à des trous. Maintenant il faut espérer que les chercheurs se bougent et qu'il nous trouve un reméde rapidement après avoir compris l'origine de la SEP.

Je vous encourage à fouiller les articles de ce blog concernant cette théorie virale, il y en a beaucoup. Ce blog me donne une chose indispensable à mon réveil le matin. L'espoir.

Avatar de l’utilisateur
PAC
Confirmé(e)
Messages : 218
Inscription : 31 juil. 2017, 22:37
Ville de résidence : Châtelaillon-plage
Prénom : Pierre-Antoine
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=14857
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar PAC » 11 oct. 2017, 17:29

Bonjour à tous,

Si je comprends bien (en ce moment, j'ai un peu de mal à me concentrer alors soyez indulgent...), l'infection par l'EBV serait une condition nécessaire mais non suffisante pour déclencher une SEP.

Tu proposes également l'hypothèse que les poussées de SEP seraient causées par l'activité périodique de ce virus. D'où peut-être une explication de l'action d'un (ou une combinaison) anti-viral utilisé contre le VIH dans le cas que tu évoques en Angleterre.
Une hypothèse fréquemment évoquée est le fait que des leucocytes ou des anticorps dirigés initialement contre des antigènes viraux, reconnaîtraient aussi des antigènes de protéines présentes dans le système nerveux central, phénomène dit de “mimique moléculaire” (5). Enfin,
une étude a suggéré qu’une réactivation d’EBV se déroulait dans des néo-follicules lymphoïdes situés dans les méninges de patients atteints de SEP (6). Cette observation intéressante n’a toutefois pas été confirmée dans un travail récent (7).

Pour les sources (qui datent un peu, désolé) : http://www.edimark.fr/Front/frontpost/g ... /15756.pdf

Voici le résumé (traduit en français) de l'étude citée ci-dessus :
Dysregulated Epstein-Barr virus infection in the multiple sclerosis brain. nov. 2007
Serafini B1, Rosicarelli B, Franciotta D, Magliozzi R, Reynolds R, Cinque P, Andreoni L, Trivedi P, Salvetti M, Faggioni A, Aloisi F.
Le virus d'Epstein-Barr (EBV), un herpèsvirus B-lymphotrope omniprésent, a été associé à la sclérose en plaques, une maladie inflammatoire du système nerveux central (SNC), mais une preuve directe de son implication dans la maladie est toujours manquante. Pour tester l'idée que la SEP pourrait résulter d'une infection EBV perturbée dans le SNC, nous avons étudié l'expression des marqueurs EBV dans le tissu cérébral post-mortem de cas de SEP avec différents cours cliniques. Contrairement à des études antérieures, nous avons trouvé des preuves d'infection par EBV dans une proportion importante de cellules B et de plasmocytes infiltrant le cerveau dans près de 100% des cas de SP examinés (21 sur 22), mais pas dans d'autres maladies neurologiques inflammatoires. Des follicules de cellules B ectopiques se formant dans les méninges cérébrales de certains cas avec MS progressive secondaire ont été identifiés comme sites majeurs de la persistance de l'EBV. L'expression de protéines latentes virales était régulièrement observée dans les cerveaux de SEP, tandis que la réactivation virale semblait limitée aux follicules de cellules B ectopiques et aux lésions aiguës. L'activation des cellules T CD8 + avec des signes de cytotoxicité vis-à-vis des cellules plasmatiques a également été notée sur les sites d'accumulation majeure de cellules infectées par EBV. Que les cellules B infectées par le virus EBV soient dirigées vers le SNC sont un événement primaire dans le développement de la SEP ou la conséquence d'un processus pathologique encore inconnu, nous interprétons ces résultats comme la preuve que la persistance et la réactivation EBV jouent un rôle important dans la SEP immunopathologie. L'activation des cellules T CD8 + avec des signes de cytotoxicité vis-à-vis des cellules plasmatiques a également été notée sur les sites d'accumulation majeure de cellules infectées par EBV.


Comme mes sources datent un peu, je ne sais pas si cette étude à été confirmée. Mais en tous cas, si ça se confirme, et si j'ai bien compris, c'est effectivement un espoir important. Merci RomZzZ de nous le faire partager et n'hésite pas à me dire si j'ai rien compris.

Par contre, je n'ai pas compris ceci :
Ensuite il y le cas du sida. Il y a très (très) peu de gens qui ont à la fois le SIDA et la SEP. On pourrait penser que c'est parce que les sidaéliques sont immunodéprimés. Mais un cas en Angleterre a soulevé de nombreuses questions. Une sépienne de plus de 30 ans à pris un traitement préventif contre le VIH. Chance pour elle, elle n'avait pas le VIH; double chance même car elle a observé une nette amélioration de ses symptômes SEP. qui sont réapparu après la fin du traitement antiviral En conclusion ce n'est pas le VIH qui "combat" la SEP, mais le traitement a base d'antiviraux contre le VIH. Malheureusement on ne sait toujours pas quel anti viral était efficace contre la SEP et certain de ces médicaments sont loin d'être anodin.

Je ne comprends pas pourquoi le cas de cette anglaise contredit le fait que l'immunodépression des sidaïques les "protège" de la SEP. Je tourne un peu au ralentis en ce moment et j'ai peut-être loupé quelque chose. Dans l'hypothèse ou ça serait l'EBV qui causerait sep et poussées, il ne le fait pas tout seul. Si j'ai bien compris, c'est le SI qui cause des dommages en luttant contre l'EBV et non le virus tout seul.

PAC
Nous prenons l'habitude de vivre avant d'acquérir celle de penser. Dans cette course qui nous précipite tous les jours un peu plus vers la mort, le corps garde cette avance irréparable.
Albert Camus

Avatar de l’utilisateur
Bashogun
VIP
Messages : 3971
Inscription : 14 juin 2016, 18:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar Bashogun » 12 oct. 2017, 00:43

Bonsoir RomZzZ, bonsoir PAC,
sans entrer dans les détails des recherches que vous citez (qui vont bien au-delà de ce que je peux comprendre, surtout en ce moment...), la question du déclencheur me semble essentiel.
Si 90% de la population mondiale est porteuse de l'EBV, on doit constater que la prévalence de la Sep augmente à mesure qu'on s'éloigne de l'équateur. Manque de vitamine D ? Sans doute pas suffisant...
Bien à vous.
Compte Twitter du forum @forum_sep
https://twitter.com/FORUM_SEP
Suivez et utilisez le hashtag :
#SepbySep, la SEP par ceux qui la vivent
Compte Facebook du forum
https://www.facebook.com/forumsep/

Avatar de l’utilisateur
PAC
Confirmé(e)
Messages : 218
Inscription : 31 juil. 2017, 22:37
Ville de résidence : Châtelaillon-plage
Prénom : Pierre-Antoine
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=14857
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar PAC » 12 oct. 2017, 07:57

On pourrait par exemple émettre l'hypothèse que la vitamine D agit comme un co-facteur. Par exemple, les follicules de cellule LB n'ont rien à faire dans les méninges mais une carence en vitamine D pourrait peut-être favoriser leur établissement d'une manière ou d'une autre. L'activation récurrente du EBV serait responsable des poussées inflammatoires (donc des poussées SEP).
Nous prenons l'habitude de vivre avant d'acquérir celle de penser. Dans cette course qui nous précipite tous les jours un peu plus vers la mort, le corps garde cette avance irréparable.
Albert Camus

Avatar de l’utilisateur
Mallorie
Passionné(e)
Messages : 1709
Inscription : 24 juin 2016, 10:41
Ville de résidence : 24800 Vaunac
Prénom : Mallorie
Ma présentation : viewtopic.php?f=32&t=13189
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar Mallorie » 12 oct. 2017, 11:48

Je ne m'étais pas du tout renseigner sur EBV, merci pour ces infos...
Ce qui me perturbe du coup, c'est que pour ma part je suis sujette aux boutons de fièvre (donc virus EBV), j'ai remarqué que dans 90% de mes poussées j'ai eu un bouton de fièvre... je mettais ça sur le compte de la fatigue... et il est vrai que je n'en ai pas eu entre les poussées... étrange! Je suis peut être "à côté de mes plaques" mais vous avez éveillé ma curiosité!
[wave=blue]Chanteeeeuuuuuh LA VIE chanteeeeuuuuhhh!!![/wave]
https://www.facebook.com/forumsep/

Avatar de l’utilisateur
PAC
Confirmé(e)
Messages : 218
Inscription : 31 juil. 2017, 22:37
Ville de résidence : Châtelaillon-plage
Prénom : Pierre-Antoine
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=14857
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar PAC » 12 oct. 2017, 18:30

Attention, le Virus d'Epstein-Barr (EBV) appartient à la grande famille des Herpesviridaes tout comme la varicelle d'ailleurs et le virus de l'herpes buccal et génital (herpes simplex virus). En faite, cette famille de virus contient un certain nombre de virus dénommés HHV suivi d'un numéro (Human Herpes Virus). De mémoire, HHV1 c'est le virus plutôt responsable de l'herpes buccal, HHV2 celui de les l'herpes génital. Pour EBV, je ne sais plus (HHV?). Bref, tous ça pour dire que ce n'est pas le même virus. HHV1 et 2 restent dormant dans les cellules nerveuses des ganglions (sacrés pour le génital, de Gasser pour le buccal) ; EBV quant à lui dormirait dans les lymphocytes B. La confusion vient du fait que "Herpes" est couramment utilisé pour désigner une famille de virus et un virus lui-même.

Pour le coup, tes poussées semblent plus être les causes que les conséquences de l'activité de HHV1. Les réactivations de ce virus semblent dépendre de pleins de facteurs comme le stress, la fatigue, état de système immunitaire... Dans l'hypothèse développée dans ce post, on pourrait peut-être schématiser cela par :
1. réactivation de EBV (dépendant de différents facteurs)
2. poussée de SEP par dommage collatéraux provoqués par le système immunitaire luttant contre EBV dans les follicules
3. réactivation de HHV1 par les conditions particulière de fatigue, de stresse et d'état particulier du système immunitaire lors de la poussée
M'enfin, je dis peut-être que des bêtises là.
Nous prenons l'habitude de vivre avant d'acquérir celle de penser. Dans cette course qui nous précipite tous les jours un peu plus vers la mort, le corps garde cette avance irréparable.
Albert Camus

babou941
Confirmé(e)
Messages : 167
Inscription : 20 oct. 2016, 20:50
Ville de résidence : creteil
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar babou941 » 12 oct. 2017, 22:19

Bonsoir
Merci pour ce fil. Comme mallorie ça a éveillé ma curiosité. J'ai fait de l'herpes de mes 8 ans a mes 20 ans, localisé sur l'oeil droit (oeil de ma névrite ) effectivement par poussée lors des moments de stress ou fatigue. Par contre rien depuis 25 ans et jamais localisé ailleurs.
J'en parlerai à ma neuro dans 6 mois à mon prochain rendez-vous.
Merci encore

Avatar de l’utilisateur
PAC
Confirmé(e)
Messages : 218
Inscription : 31 juil. 2017, 22:37
Ville de résidence : Châtelaillon-plage
Prénom : Pierre-Antoine
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=14857
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar PAC » 12 oct. 2017, 23:14

Mais EBV et Herpes simplex (1 et 2) sont des virus différents... bien qu'appartenant à la même grande famille. RomZzZ parle de EBV et fait un parallèle avec Herpes simplex (1 et 2) simplement pour expliquer le coup des réactivations de virus dormant. Aucun lien entre Herpes simplex (1 et 2) et la SEP donc.
Attention, le Virus d'Epstein-Barr (EBV) appartient à la grande famille des Herpesviridaes tout comme la varicelle d'ailleurs et le virus de l'herpes buccal et génital (herpes simplex virus). En faite, cette famille de virus contient un certain nombre de virus dénommés HHV suivi d'un numéro (Human Herpes Virus). De mémoire, HHV1 c'est le virus plutôt responsable de l'herpes buccal, HHV2 celui de les l'herpes génital. Pour EBV, je ne sais plus (HHV?). Bref, tous ça pour dire que ce n'est pas le même virus. HHV1 et 2 restent dormant dans les cellules nerveuses des ganglions (sacrés pour le génital, de Gasser pour le buccal) ; EBV quant à lui dormirait dans les lymphocytes B. La confusion vient du fait que "Herpes" est couramment utilisé pour désigner une famille de virus et un virus lui-même.
Nous prenons l'habitude de vivre avant d'acquérir celle de penser. Dans cette course qui nous précipite tous les jours un peu plus vers la mort, le corps garde cette avance irréparable.
Albert Camus

babou941
Confirmé(e)
Messages : 167
Inscription : 20 oct. 2016, 20:50
Ville de résidence : creteil
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar babou941 » 12 oct. 2017, 23:19

Merci pac pour la précision. Rien sur l'herpes occulaire??? HHV?

Avatar de l’utilisateur
PAC
Confirmé(e)
Messages : 218
Inscription : 31 juil. 2017, 22:37
Ville de résidence : Châtelaillon-plage
Prénom : Pierre-Antoine
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=14857
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar PAC » 13 oct. 2017, 11:03

Je dirais HHV1 (le même que pour l'herpes buccal).
Après un petit tour sur wiki :
HHV-1 = HSV-1 (herpes simplex virus 1) : provoque l'herpès buccal, et, de plus en plus, est la cause de l'herpès génital.
HHV-2 = HSV-2 (herpes simplex virus 2) : provoque l'herpès génital - et rarement l'herpès buccal.
HHV-3 = VZV (varicella zoster virus, le virus varicelle-zona) : provoque la varicelle et le zona.
HHV-4 = EBV (Epstein-Barr virus, le virus d'Epstein-Barr), lymphocryptovirus : provoque la mononucléose infectieuse, le lymphome de Burkitt et le carcinome nasopharyngé.
HHV-5 = CMV (Cytomegalovirus) : provoque un syndrome mononucléosique, dangereux surtout chez l'immunodéprimé.
HHV-6 = Roseolovirus : provoque la roséole infantile (connu comme roseola infantum ou exanthem subitum — l'exanthème subit).
HHV-7 : très proche de HHV-6 ; provoque les mêmes symptômes.
HHV-8 = KSHV (Kaposi's sarcoma-associated herpesvirus : herpèsvirus associé au sarcome de Kaposi), Rhadinovirus : provoque un lymphome.
Wikipédia

ou HHV2 du coup...
Nous prenons l'habitude de vivre avant d'acquérir celle de penser. Dans cette course qui nous précipite tous les jours un peu plus vers la mort, le corps garde cette avance irréparable.
Albert Camus

babou941
Confirmé(e)
Messages : 167
Inscription : 20 oct. 2016, 20:50
Ville de résidence : creteil
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar babou941 » 13 oct. 2017, 11:16

Merci Pac ça doit être ça, déjà à l'époque j'avais fait 1 semaine d'hosto avant qu'ils trouvent :roll:
Bonne journée

RomZzZ
Habitué(e)
Messages : 45
Inscription : 07 mars 2017, 10:22
Ville de résidence : Paris
Prénom : Romain
Ma présentation : 32 ans aujourd'hui en 2017. Sepiens et chercheur en neuro.
Contact :

Re: Dans quelle mesure sommes-nous près d'identifier l'EBV comme étant la cause de la SEP?

Messagepar RomZzZ » 15 déc. 2017, 17:52

Merci pac pour toutes ces précisions intéressantes.


Revenir vers « La recherche sur la SEP »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités