Sclérose en plaques : le rôle clé de la testostérone

Avatar de l’utilisateur
Defcom
Messages : 14617
Inscription : 13 avr. 2010, 19:15
Localisation : Hauts de France (Pas de Calais)
Contact :

Sclérose en plaques : le rôle clé de la testostérone

Message non lu par Defcom » 16 déc. 2016, 19:33

La testostérone est décidément une hormone multitâche. Impliquée dans la fertilité masculine, la pilosité ou encore le développement musculaire, elle est aussi essentielle au cerveau. Des chercheurs de l’Inserm ont découvert qu’elle était liée à l’intégrité de la myéline. Ses variations pourraient donc être impliquées dans des maladies comme la sclérose en plaques, expliquent-ils dans PNAS, la revue de l’Académie américaine des sciences ...

Lire la suite de l'article : pourquoi docteur
"Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l'immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire."

Avatar de l’utilisateur
Bashogun
Célébrité
Messages : 5842
Inscription : 14 juin 2016, 18:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

Re: Sclérose en plaques : le rôle clé de la testostérone

Message non lu par Bashogun » 17 déc. 2016, 09:31

Merci Defcom !
Je suis depuis longtemps persuadé que les hormones sont un facteur essentiel dans la Sep et je ne cessais de regretter qu'il y ait si peu d'études sur cette question... J'espère que cette piste sera maintenant enfin approfondie.
Compte Twitter du forum @forum_sep
https://twitter.com/FORUM_SEP
Suivez et utilisez le hashtag :
#SepbySep, la SEP par ceux qui la vivent
Compte Facebook du forum
https://www.facebook.com/forumsep/

Avatar de l’utilisateur
Bashogun
Célébrité
Messages : 5842
Inscription : 14 juin 2016, 18:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

Re: Sclérose en plaques : le rôle clé de la testostérone

Message non lu par Bashogun » 17 déc. 2016, 19:19

Image
On trouve aussi l'article sur TopSanté :

La réparation naturelle de la myéline pourrait être stimulée et boostée par la testostérone.

La testostérone, l'hormone sexuelle mâle serait capable de régénérer les fibres nerveuses endommagées, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale PNAS . Ces conclusions obtenues sur des souris pourraient être un espoir pour traiter les maladies démyélinisantes, telles que la sclérose en plaques .

Le corps est capable de régénérer la gaine de myéline qui permet la transmission rapide de l'information entre le cerveau ou la moelle épinière et le reste du corps. Mais, il existe des maladies démyélinisantes, comme la sclérose en plaques ou des blessures qui provoquent à sa destruction, entrainant divers symptômes dont les paralysies.

Lire la suite de l'article

En savoir plus sur l'étude de l'INSERM
Compte Twitter du forum @forum_sep
https://twitter.com/FORUM_SEP
Suivez et utilisez le hashtag :
#SepbySep, la SEP par ceux qui la vivent
Compte Facebook du forum
https://www.facebook.com/forumsep/

Avatar de l’utilisateur
Bashogun
Célébrité
Messages : 5842
Inscription : 14 juin 2016, 18:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

Re: Sclérose en plaques : le rôle clé de la testostérone

Message non lu par Bashogun » 18 déc. 2016, 18:30

La testostérone pour réparer les fibres nerveuses
Communiqué | 14 déc. 2016 - 15h33 | Par INSERM
Image
Pour se protéger contre les agressions, l’organisme a recours à des processus de réparation naturelle. Qu’est ce qui concourt à la régénération spontanée de la gaine de myéline qui entoure les fibres nerveuses? C’est à cette question que se sont intéressés les chercheurs de l’unité 1195 « Petites Molécules de Neuroprotection, Neurorégénération et Remyélinisation » (Inserm/Université Paris-Sud). Ils ont découvert, chez la souris, le rôle inattendu et réparateur de la testostérone dans ce processus. Cela constituerait un facteur influençant l’évolution des maladies démyélinisantes, telles que la sclérose en plaques, qui peut différer chez les hommes et chez les femmes, et augure de nouvelles perspectives thérapeutiques.

Ces résultats sont publiés dans PNAS

La gaine de myéline permet la transmission rapide de l’information entre le cerveau ou la moelle épinière et le reste du corps. La myéline peut être la cible de pathologies dites démyélinisantes, telles que la sclérose en plaques ou de blessures qui conduisent à sa destruction. Ces pathologies perturbent la transmission nerveuse ce qui aboutit à divers symptômes parmi lesquels des paralysies. Des mécanismes de réparation se mettent alors en place et conduisent à la régénération de la myéline ainsi qu’à la régression des symptômes. Ce processus régénératif est inconstant pour des raisons encore largement méconnues. C’est ce qu’a analysé l’équipe de recherche « Myélinisation et Réparation de la Myéline » de l’unité 1195 « Petites Molécules de Neuroprotection, Neurorégénération et Remyélinisation ».

Dans cette étude, les chercheurs mettent en évidence le rôle essentiel et inattendu de l’hormone sexuelle mâle bien connue, la testostérone et de son récepteur, le récepteur des androgènes, dans la réparation spontanée de la myéline.
« La testostérone favorise la production de myéline par les cellules qui la synthétisent dans le système nerveux central dans le but de réparer la gaine essentielle à la transmission de l’influx nerveux » indique Elisabeth Traiffort, directrice de recherche à l’Inserm.
En absence de testicules et par conséquent de l’hormone que ces organes produisent, la testostérone, ou en absence du récepteur des androgènes, le processus de réparation spontanée de la myéline est perturbé chez la souris. En effet, la maturation des cellules spécialisées dans la synthèse de la myéline, « les oligodendrocytes » est défectueuse. Les chercheurs ont également montré que c’est le contrôle de cette maturation, assuré par d’autres cellules importantes pour la réparation, « les astrocytes », qui est compromis.

Mais pourquoi la testostérone? En revenant aux origines de cette hormone, il s’avère de façon surprenante que le récepteur des androgènes qui permet à la testostérone d’agir est apparu au même moment que la myéline, très tard dans l’évolution des vertébrés gnathostomes (vertébrés à mâchoire). D’après les chercheurs, cela expliquerait leur lien très fort dans le processus de myélinisation.

« C’est aussi peut-être l’une des raisons pour lesquelles l’évolution des maladies démyélinisantes telles que la sclérose en plaques diffère souvent chez les hommes et chez les femmes. Nos résultats ouvrent la voie à de nouvelles perspectives thérapeutiques et pourraient également être bénéfiques pour la recherche sur les maladies psychiatriques ou du vieillissement cognitif » conclut Elisabeth Traiffort, directrice de recherche à l’Inserm.
Compte Twitter du forum @forum_sep
https://twitter.com/FORUM_SEP
Suivez et utilisez le hashtag :
#SepbySep, la SEP par ceux qui la vivent
Compte Facebook du forum
https://www.facebook.com/forumsep/

Répondre

Revenir à « HORMONES »