ALCAM : une molécule pour bloquer la progression de la Sep ?

Les études en cours sur la SEP
Votre sous-forum ici ?
Demandez nous le par message privé
Règles du forum
Retrouvez ici, les discussions autour des différents traitements et leurs effets secondaires ou encore la recherche sur la maladie.
Le caractère sérieux de cette catégorie du forum est incompatible avec les posts inutiles et sans importance réelle avec le sujet.

Nous vous demandons donc de réserver vos posts sans liens sérieux ou hors sujet à d'autres parties du forum qui sont prévues à cet effet ;)

Les débordements seront corrigés après concertation inter modos, et vous serez bien sur avertis en PV.
Toute réaction à ces corrections ne seront pas admises en public, vous pourrez revenir vers nous en PV uniquement.

Merci de votre compréhension
Avatar de l’utilisateur
Bashogun
Célébrité
Messages : 6998
Inscription : 14 juin 2016, 18:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

ALCAM : une molécule pour bloquer la progression de la Sep ?

Message non lu par Bashogun » 02 déc. 2019, 11:53

Sclérose en plaques : de nouvelles thérapies pour freiner la maladie
Le Journal de Montréal - 13 novembre 2019

MONTRÉAL - Une nouvelle étude sur la sclérose en plaques par des chercheurs du Centre hospitalier de l’Université de Montréal pourrait permettre de développer de nouvelles thérapies pour traiter cette maladie auto-immune.

L’étude a été publiée mercredi dans « Science Translational Medicine »
(...)

Dans cette étude, les chercheurs du CRCHUM révèlent avoir identifié une molécule qui, une fois bloquée, freine la progression de la maladie. Leurs résultats ont été tirés d’essais in vitro chez l’humain et in vivo chez la souris.

« Nous montrons pour la première fois qu’une molécule nommée ALCAM (Activated Leukocyte Cell Adhesion Molecule), exprimée par les lymphocytes B, contrôle leur entrée dans le cerveau par le biais des vaisseaux sanguins. Elle permet leur migration de l’autre côté de la barrière hématoencéphalique chez la souris et chez l’homme. En bloquant cette molécule sur des souris, nous avons pu diminuer l’entrée des lymphocytes B dans leurs cerveaux et ainsi freiner la progression de la maladie », a expliqué Alexandre Prat professeur à l’Université de Montréal.
(...)

Lire l'article intégral

Petit commentaire :
Nos traitements immunosuppresseurs actuels visent surtout à réduire le nombre de lymphocytes en amont (déplétion). Il en est ainsi du Rituximab et de sa variante, l'Ocrelizumab, qui visent spécifiquement les lymphocytes B.
Cette nouvelle piste aurait l'intérêt de 'contrôler' les lymphocytes B sans pour autant réduire le système immunitaire à l'extérieur du SNC.
Ceci dit, les chercheurs montrent une grande prudence puisque, selon eux, ce traitement ne permettrait que de freiner la progression. Mais peut-être peut-on espérer moins d'effets secondaires.
A suivre, donc !
_________________
Sep rémittente diagnostiquée en sept 2011, premiers symptômes en 2008, voire 2005
Sep secondaire progressive depuis 2016, diagnostiquée en février 2019

Avatar de l’utilisateur
Nostromo
Passionné(e)
Messages : 1477
Inscription : 26 mars 2018, 02:32
Ville de résidence : Nyon
Prénom : Jean-Philippe
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=15577
Contact :

Re: ALCAM : une molécule pour bloquer la progression de la Sep ?

Message non lu par Nostromo » 02 déc. 2019, 12:25

Salut,
Bashogun a écrit :Ceci dit, les chercheurs montrent une grande prudence puisque, selon eux, ce traitement ne permettrait que de freiner la progression
Comme tous les traitements actuels. Reste à voir, comme pour une voiture, l'efficacité du freinage :). Ainsi que les effets secondaires.
sep récurrente-rémittente depuis 1993, diagnostiquée en 1995.

Avatar de l’utilisateur
Garion
Confirmé(e)
Messages : 199
Inscription : 21 nov. 2019, 16:00
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=17414
Contact :

Re: ALCAM : une molécule pour bloquer la progression de la Sep ?

Message non lu par Garion » 02 déc. 2019, 17:34

Bashogun a écrit :
02 déc. 2019, 11:53
Nos traitements immunosuppresseurs actuels visent surtout à réduire le nombre de lymphocytes en amont (déplétion). Il en est ainsi du Rituximab et de sa variante, l'Ocrelizumab, qui visent spécifiquement les lymphocytes B.
Cette nouvelle piste aurait l'intérêt de 'contrôler' les lymphocytes B sans pour autant réduire le système immunitaire à l'extérieur du SNC.
Ceci dit, les chercheurs montrent une grande prudence puisque, selon eux, ce traitement ne permettrait que de freiner la progression. Mais peut-être peut-on espérer moins d'effets secondaires.
On a surtout l'impression que c'est une version améliorée du rituximab ou de l'ocrelizumab, qui aurait juste pour but de réduire les effets secondaires, mais pas d'améliorer leur efficacité sur le traitement de la SEP en lui-même...
Restons donc prudents sur ces annonces...
La paix et le bonheur sont disponibles dès lors que nous pouvons calmer nos pensées distraites pour revenir au moment présent et remarquer le ciel bleu, le sourire d'un enfant, la beauté d'un lever de soleil.

Répondre

Revenir à « La recherche sur la SEP »