Nouveau, errance diagnotique

Si tu viens d'arriver, nous te remercions de nous faire l'honneur de ton premier message (post) pour te présenter.

L'équipe du forum se fera un plaisir de t'accueillir et t'ouvrira les portes des autres sections de ce forum.
Avatar de l’utilisateur
Tuco
Débutant(e)
Messages : 11
Inscription : 02 août 2016, 16:27
Contact :

Nouveau, errance diagnotique

Messagepar Tuco » 02 août 2016, 17:45

Bonjour à tous, j'ai décidé de me présenter et de vous raconter mon histoire.
Tout d'abord je suis un jeune homme de 31 ans, pharmacien, normalement constitué :D (1.83m pour 85 kg).

Je vais vous raconter mes péripéties depuis plus de 1 an.

1)Tout d'abord, au printemps 2015, après la première tonte du printemps (600m² et tondeuse tractée), je me suis retrouvé bloqué du dos pendant 1 semaine avec douleur dans la jambe droite (fesse + cuisse +++).
Mon docteur me prescrit une radio puis une IRM du rachis lombaire qui montre une petite saillie discale foraminale gauche L4-L5 et une discopathie dégénérative L5-S1 avec double saillie discale L5-S1 (foraminale droite et para médiane postérieure).
Après un peu de repos, traitement anti-inflammatoire et antalgique j'arrive à passer l'été correctement mais à la rentré les douleurs du dos s'accentuent, notamment le soir au coucher et le matin au réveil.
J'ai également une douleur au niveau de l'omoplate droit (comme un poignard) avec douleur allant jusqu'aux deux derniers doigts

2)Du coup je vais voir un rhumatologue qui, suspectant une SPA (j'ai du psoriasis aux coudes, genou et cuir chevelu), décide de m'hospitaliser pendant 5 jours pour divers examens + tractions-élongations

3)L'hospitalisation se déroule fin octobre. Suivant le compte rendu du rhumato :
"A l'arrivée on objectivait un tableau de lombalgies basses d'horaire mixte, sans réelle radiculagie dans les membres inférieurs où il n'y existait pas de signe de conflit disco-radiculaire et un examen neurologique tout à fait normal"
J'ai bénéficié de plusieurs explorations complémentaires :
-prise de sang normale, sans syndrome inflammatoire, HLA B27 négatif
-IRM des sacro-iliaques normale mais mettant en évidence un angiome en S2 mais sans caractère de gravité
-IRM du rachis cervical sans anomalie (pas de hernie expliquant mes douleurs omoplate+bras).

Durant cette hospi, j'ai eu 3 bolus de 120mg de solumédrol+ 2 infiltrations épidurales d'Altim

Conclusion de la rhumato : "pas d’éléments vers un rhumatisme inflammatoire débutant, néanmoins l'évolution vers ce diagnostic n'est pas exclue"

4)Pendant 3 semaines je n'ai plus eu aucune douleur, c'était magique. J'ai eu également de la kiné. Je prend juste du Celebrex si douleur mais comme ça allait j'en ai pas pris beaucoup (seulement à la sortie de l'hospi).

5) Puis un matin, je ressens une douleur dans la jambe droite, comme de l’électricité ou des fourmillements, et je suis incapable de relever les orteils. J'arrive à relever le pied seulement à 90°, mais impossible au dessus. J'ai également du mal à relever la cuisse quand je suis assis, allongé ou debout. C'est comme si je n'avais plus de forces, que mon cerveau dit "lève les orteils", et rien ne se passe... Du coup comme je dois voir la rhumato pour la visite du mois après l'hospi je me dit que vais lui montrer.
Seulement en amenant la petite à l'école (à pied ça fait 500 m) je commence à m’essouffler et je me rend compte que je traine la patte, que je n'arrive plus à relever la jambe droite comme il le faut pour marcher correctement. Je sais pas comment j'ai fait pour revenir à la maison mais j'ai cru que j'allais m'écrouler durant le trajet.
Du coup inquiet j'appelle la rhumato qui me dit d'aller aux urgences. Bon ben j'ai quand même pris la voiture (dur de garder le pied droit relever -45min de trajet).
Je précise que je n'ai AUCUNE douleur au niveau du dos à ce moment là.

Je me dis c'est bon je vais me faire opérer de l'hernie discale...

6)Aux urgences, je passe une IRM du rachis lombaire : "Débord discal intra-foraminal droit en L5-S1 sans retentissement sur la racine L5 droite, et image de hernie discale mediane à ce même étage venant s'interposer entre l'origine des racines S1 non refoulées"

Je dois voir le neurochirurgien le lendemain. Pendant la nuit il m'est arrivé une chose étonnante. Je dors sur le dos (avec les tubulures ben c'est obligé) et je me réveille sans sentir mes deux jambes, je suis comme engourdi mais éveillé. Après une force surhumaine pour appuyer sur le bouton des infirmières, elles arrivent et me frottent les jambes. Je suis rassuré, je sens leur mains mais comme les jambes sont raides, je suis pris de tremblements des jambes pendant au moins 5 minutes. Puis petit à petit je recouvre l'usage des mes jambes. Je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie, et depuis je ne m'endors plus sur le dos.

7)Donc je vois le neurochirurgien qui m'explique :
"on retrouve en effet un déficit L5 mais qui n'est malheureusement pas expliqué par l'IRM (discopathie non compressive sur L5).

8)On me fait donc :
-une sérologie de Lyme (ELISA) négative
-IRM cérébrale (sans produit de contraste) de façon à éliminer une éventuelle affection démyelénisante : IRM normale
-tous les jours 80 mg de solumédrol

9)Je ressors sans amélioration et je dois passer un EMG en janvier avec un neurologue

10)Entre temps mon médecin qui s'inquiète, m'envoie voir un spécialiste à la Clinique du Dos à Bordeaux. Selon lui :
"mon reflexe du genou n'est pas normal (diffus), du coup pour lui c'est soit une compression plus haut sur la moelle, soit une conversion hystérique, mais il me dit que cette dernière option il n'y croit pas trop"

Je vous dit pas l'état de stress dans lequel j'étais...

Du coup pour pouvoir passer l'IRM du rachis entier je vais aux urgences de mon CHU (avant j'étais en clinique)

11)Du coup aux urgences l'interne prend des propos inquiétants et trouve également que j'ai les réflexes vifs. Enfin bref que quelque chose ne vas pas. Je précise que j'ai toujours la patte qui traine et les orteils qui ne remontent pas.
On est le 20 décembre. Les symptômes ont commencé le 4 décembre.
Hospitalisé en neurochirurgie, tous les internes m'examinent de la tête au pied, je passe mon IRM du rachis entier (sans produit de contraste) qui est normal.
J'entend les internes parler de SEP, voir de SLA (je vous dit pas la trouille), je vois le grand chef 5 minutes, et au final je ressors la veille de noël sans diagnostic précis.

12)Puis le 27 décembre, je ressens la même chose au niveau de la jambe gauche cette fois-ci. Du coup je reviens voir la première neurologue qui m'hospitalise, solumédrol en IV, je passe une deuxième sérologie Lyme (western blot) négative, une ponction lombaire qui est normale. Je passe également un EMG des membres inférieurs, pas d'anomalie.
Le problème de la jambe gauche à duré 3 jours.
Je ressors avec du Laroxyl en goutte le soir (20 gouttes) + Lyrica (25-25-50) et j'aperçois une amélioration des symptômes de ma jambe droite le soir. Je mets donc ça sur le coup du Lyrica et sous l'avis de mon médecin traitant j'augmente les doses jusqu'à 100-100-100 (300mg/jour).

13)Avec le kiné (électrothérapie pour faire bouger le pied et les orteils), j'arrive mieux à bouger mon pied et mes orteils, progressivement je reprend contrôle de mon corps (j'arrive même à faire de la natation -dos crawlé).

14) Fin février, rendez-vous avec la neurologue. Elle constate l'amélioration, pour elle ça vient du dos, pas d'autres choses. Elle me dit de diminuer les doses de médicament.

15)En deux mois (soit Avril), j'ai donc réussi a arrêter mes médicaments mais j'ai toujours mes douleurs dans le genou et le dessus de la cuisse droite. J'ai toujours une petite faiblesse du membre.

16) Je revois un rhumato pour faire le point, pas grand chose pour lui c'est soit une cruralgie soit dans ma tête...

17)Depuis le mois de juin je recommence à avoir mal en bas du dos, mais cette fois-ci pas de douleur à type de sciatique, mais un réveil systématique la nuit vers 3-5h du matin et impossible de me rendormir, j'ai l'impression que le lit est comme du bois. Le matin au réveil je suis raide comme un bambou et il faut bien attendre 10h30 11h pour que la douleur du dos disparaisse. Le soir au coucher ça va également.

18)Du coup je revois mon médecin traitant qui me prescrit un anti-inflammatoire (kétoprofène LP100 matin et soir) et c'est magique en 24-48h je dors mieux (pas de réveil) et le matin je ne suis pas rouillé ! Par contre dès que j'arrête les anti-inflammatoire ça revient au bout de 48h...

Pour mes douleurs du genou, je passe une échographie du genou (normale pas de tendinite) et une IRM (normale menisques sont bons).

19)Enfin en juillet, pendant 3 jours j'ai encore eu la même chose au niveau de la jambe droite, (pied+ orteils+fourmillements). Comme ça n'a pas duré longtemps, et que je n'ai plus envie de voir l’hôpital je n'en ai pas encore parlé à mon médecin.

Voilà mon histoire, du coup ben je n'ai pas de diagnostic précis à mon affaire, en gros à chaque visite d'un spécialiste j'ai toujours eu droit à un diagnostic différent.

Étant scientifique et rationnel, je me dis que les deux choses peuvent être liées ou pas (coïncidence). Je poste sur ce fofo car j'ai beaucoup lu au sujet de la SEP, et je me suis posé cette question :
-si la première poussée a eu lieu début décembre et a durée 1 mois, peut-on avoir tous les examens normaux (IRM, PL), sachant qu'à chaque hospi j'étais sous solumédrol.
-peut-on considérer l'épisode de la jambe gauche comme une poussée indépendante (a duré 48h)
-peut-on considérer l'épisode du mois de juillet comme une poussée (72h).

Je sais bien que ce n'est pas sur un forum qu'on va avoir un diagnostic. De toute façon à la rentrée je ferai le point avec mon médecin traitant.

En attendant je suis sous anti-inflammatoire pour mon dos et sous lyrica pour mes douleurs de cuisse+genou (surement une névralgie).

Merci de m'avoir lu jusqu'ici, je voulais apporter mon témoignage, mon errance diagnostic.


s exclue[/b]"

Avatar de l’utilisateur
fafalarousse
Messages : 12734
Inscription : 30 mars 2013, 09:03
Ma présentation : 47 ans de sep, j'essaye d'aider les nouveaux

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar fafalarousse » 02 août 2016, 19:47

Image

soit le bienvenu sur le forum, tuco.

comme tu l'a dit, nous ne sommes pas neurologues, nous n'avons que notre vécu.

alors le mien est que tes symptomes, je les ai eu, je les ai encore, certains ici se souviennent de mon mal de dos et de mes infiltrations intradurales. pour les toubibs, ces symptomes sont dus à cette discopathie dégénérative qui me bouffe le dos.
mes symptomes de la sep sont différents, au niveau douleur, mais il y a autant de sep que de sépiens.

moi, ce sont des douleurs partout, surtout musculaires, ou coup de couteau divers. et de la spasticité qui m'a valu un certain temps de fauteuil roulant, vu que mon genou refusait de se mettre droit pour cause de douleurs spastiques.
dont je suis sortie à coup de musculation.

j'ai 47 ans de sep.

pour les plaques, en effet il y a un écart avec la poussée, car ce sont des cicatrices de poussées. il faut compter environ 6 mois entre la poussée et l'apparition des plaques.

la ou je suis fort surprise, c'est de faire passer une IRM sans produit de contraste pour diagnostiquer une éventuelle maladie démyélinisante, alors que justement, c'est avec le produit de contraste qu'on peut vraiment voir les plaques , donc une éventuelle démyélinisation.

alors perso, j'irai voir un autre neuro, d'autant plus que les internes et les non neurologues n'ont pas vraiment le droit de citer la sep, déontologiquement, seul le neuro peut la diagnostiquer, et en parler, car elle n'a pas de symptomes spécifiques donc on doit procéder par élimination. et c'est fort long....des années parfois, alors il faut attendre avant de prononcer le mot sep ou sla, pour éviter de faire paniquer et somatiser le patient.

voila mon avis. d'autres vont suivre.
bonne soirée à toi. n'hésite pas à poser des questions, tu auras toujours des réponses.
à bientôt.
diagnostique 1969
mon rôle sur le forum fut d’accueillir, d'aider, rassurer, et faire profiter les nouveaux arrivants diagnostiqués ou non, de mon expérience de 47 ans de sep.

Avatar de l’utilisateur
Tuco
Débutant(e)
Messages : 11
Inscription : 02 août 2016, 16:27
Contact :

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar Tuco » 02 août 2016, 21:35

Bonsoir fafa,
merci d'avoir lu mon histoire jusqu'au bout et de m'apporter quelques élements intéressants, notamment pour l'IRM cérébrale sans produit de contraste.
De toute façon la première hospitalisation suite à la parésie de la jambe droite, j'ai bien vu que le neurochirugien (c'est lui qui a fait le compte rendu) ne prenait pas trop de cas de moi car il n'y avait rien à enlever (il m'a jamais examiné durant l'hospi faut le faire), et que c'était pas de son ressort (du coup j'ai eu un avis neuro durant l'hospi).
Et pareil durant la deuxième hospi, j'étais en service de NeuroCHIRURGIE, alors là j'ai jamais eu d'avis d'un Neurologue pourtant dans le même étage du service...
Du coup effectivement j'ai vu qu'un seul neurologue, qui m'a fait un examen durant la première hospi, puis passé l'EMG et fait la PL durant la troisième hospi (je sais c'est dur à suivre :mrgreen: ), et que j'ai revu en février en me disant que "ça venait surement du dos".
Peut-être que je devrais la rappeler à la rentrée pour lui dire que mes symptômes sont revenus pendant une courte durée (72h) au mois de Juillet pour avoir son avis ?


PS : pour ma douleur du genou, en fait elle est située au-dessus du genou (tendon quadricipital), et elle remonte jusqu'à mi-cuisse (en haut de la cuisse j'ai pas mal). C'est comme si on m'enfonçait un tournevis et qu'on le bougeait ensuite doucement. Ça fait 6 mois que j'ai cette douleur, parfois quand le dos prend le dessus elle disparaît, et quand le dos va ben il reste toujours celle-là...

lilouuuu
Confirmé(e)
Messages : 282
Inscription : 22 mai 2016, 16:45

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar lilouuuu » 03 août 2016, 04:21

Bienvenue à toi Tuco :)

Avatar de l’utilisateur
fafalarousse
Messages : 12734
Inscription : 30 mars 2013, 09:03
Ma présentation : 47 ans de sep, j'essaye d'aider les nouveaux

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar fafalarousse » 03 août 2016, 07:08

tuco, c'est quelque chose de très étrange les douleurs, un jour mon kiné m'avait expliqué que l'organisme en temps ordinaire a du mal à gérer 2 douleurs à la fois, donc il y en a une qui domine, et l'autre qui se réduit considérablement en général.
mais pour les maladies neurologiques c'est pas pareil, il y en a en permanence, plusieurs à la fois. c'est dû au fait que les signaux sont mal interprètés, à cause d'un mauvais passage au niveau des synapses, alors le cerveau ne sait pas quoi faire il envoie un signal de douleur. et un autre par dessus en fait, il ne gère plus rien du tout des douleurs neurologiques.
pour moi c'est utile, car ça permet de différencier les douleurs d'origine neurologiques des douleurs normales.

je prend un exemple. je marche mal, donc j'ai , (une conséquence de la sep. donc pas provoqué par la sep directement,) une tendinite du moyen fessier. et comme je fais souvent des chutes, mes ménisques sont abimés.
je n'ai jamais mal à la fois à ma hanche et à mes genoux ou nettement moins mal au second, alors que mes douleurs traditionnelles de sep ne sont réduite que par la force de la codéine, que j'avale comme des bonbons et le rivotril (qu'en tant que pharmacien tu dois bien connaitre), réduites, pas disparues hélas. .

ça m'avait frappé cette différence, dans les douleurs, c'est la raison pourquoi j'en avais parle au kiné, que je vois, 2 fois par semaine. et quand j'ai mal au dos, qui a une autre origine c'est pareil, j'ai très peu mal à ma hanche et à mes genoux. mais toujours à mes muscles, style on essore une serviette, (spasticité) et des coups de couteau dans les mains, les yeux, les pieds, très brefs mais douloureux, l'impression d'avoir un étau qu'on serre au niveau de mes poignets et chevilles, les fourmis que j'ai fini par ne plus sentir à la longue, sauf quand elles partent, de temps en temps alors je me dis, tiens j'ai plus de fourmis, etc etc. bref le quotidien de la sep à forme douloureuse.
ça a été confirmé par mon neuro quand je l'ai vu plus tard.

depuis plus de 30 ans je fais des abdo tous les matins, sur une planche faite pour, surtout pour mon dos et mes pertes d'équilibre, et bien sur la coquetterie féminine: le ventre plat :mrgreen: mes pieds étant fortement retenus par la barre qui sert à se tenir pour faire les abdos, donc j'ai peu de soucis de releveur, ils se rééduquent en même temps. c'est seulement quand je suis fatiguée qu'ils se mettent un peu à tomber donc je trébuche, donc je tombe sur les genoux... le chien qui se tourne autour de la queue.

si tout ça peut t'être utile...
diagnostique 1969
mon rôle sur le forum fut d’accueillir, d'aider, rassurer, et faire profiter les nouveaux arrivants diagnostiqués ou non, de mon expérience de 47 ans de sep.

Avatar de l’utilisateur
Tuco
Débutant(e)
Messages : 11
Inscription : 02 août 2016, 16:27
Contact :

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar Tuco » 03 août 2016, 08:12

Effectivement les douleurs peuvent prendre différentes formes, et avec le temps j'arrive à bien voir l'origine, et notamment la dissociation entre le bas du dos et les jambes, ainsi que le bas du dos et l'omoplate (je touche du bois je n'ai plus eu de forte douleur dans l'omoplate depuis janvier = horrible impossible de dormir, etc, etc).
Question antalgique je prend si besoin de l'efferalgan codéine à 30mg, parfois un klipal à 50mg mais vraiment si douleur insupportable. En principe ça fait passer toute les douleurs mais l'inconvénient c'est que pour aller bosser c'est moins cool, donc je les réserve pour le coucher.
Le Tramadol maintenant j'évite, à l'époque de la première hospi j'en prenait 150mg matin et soir, et les deux défauts majeurs du tramadol font que si je dois en prendre je ne fait qu'en prise ponctuelle le matin à petit dosage (37.5 ou 50mg) :
-un effet boost intéressant pour la journée mais qui empêche de dormir...
-un sevrage abominable qui dure 3-4 jours !!! : diarrhée, douleur abdominales, bouffée de chaleur, vertiges, même passer de 100mg à 0 est vraiment difficile...
L'Acupan marche bien mais l'effet dure 1h...
Enfin la Lamaline effet strictement nul.
Concernant la morphine (oui a l’hôpital c'est soit paracétamol, et si t'as plus mal c'est direct morphine...), ça marche bien mais les effets indésirables sont conséquents (et en plus ça me donnait une raideur de la nuque donc bon...).

Donc pour éviter le plus possible les antalgiques classiques j'ai donc recours aux AINS (DOS +++ mais qui n'ont aucune action sur la douleur genou-cuisse), au mois pas de sevrage, mais bon les effets à long terme ne sont pas géniaux non plus...

Quand au Laroxyl que je prenais, ça m'avais bien enlevé les fourmillement dans les jambes et l'aspect chaussette su rle gros orteil, et en plus ça m'aidait à m'endormir, enfin dans les premiers temps car après on s’habitue...

Et le Lyrica, qui dans l'ensemble me faisait du bien aussi pour les douleurs du dos (sauf les internes du CHU qui n'y croyait pas), et qui même à 3000mg par jour je supporter bien. Par contre bien diminuer progressivement sinon c'est syndrome de sevrage assuré (mais moins coton que le Tramadol une sacrée Merde -j'ose le dire- d'ailleurs je regrette le temps du Dextropropoxyphène)


En tout cas je sais que je dois renforcer ma musculature, avec la kiné elle m'apprend à faire des exercices adaptés pour le dos. Faut juste que j'achète un tapis adapté pour le faire comme il le faut à la maison.

Sinon pour ma douleur du genou ce qui marche bien c'est le froid. Le soir pour regarder la télé par ex si je veux enlever la douleur une poche Actifroid pendant 1 h ça soulage bien, malheureusement il n'y a pas de rémanence.

Aller je vais aller bosser, on croirait pas mais à la pharmacie je fais plein de petits pas et plein de mouvement pas bon pour le dos (tiroirs à médicament surtout, ordinateurs où faut se pencher, etc, etc), alors quand le dos est raide le matin c'est une vraie torture.
A plus et merci pour vos messages

Avatar de l’utilisateur
fafalarousse
Messages : 12734
Inscription : 30 mars 2013, 09:03
Ma présentation : 47 ans de sep, j'essaye d'aider les nouveaux

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar fafalarousse » 03 août 2016, 08:41

il est sur qu'on devient vite des drogués, avec les douleurs. et hélas, le cold pack du soir ne dure qu'un temps.
pas facile en effet dans la pharmacie, on bouge tout le temps
moi, je suis heureuse retraitée.
bonne journée.
diagnostique 1969
mon rôle sur le forum fut d’accueillir, d'aider, rassurer, et faire profiter les nouveaux arrivants diagnostiqués ou non, de mon expérience de 47 ans de sep.

Marie69
Habitué(e)
Messages : 97
Inscription : 26 juil. 2014, 11:46
Contact :

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar Marie69 » 03 août 2016, 08:48

Bonjour,

En 2003, j'ai été hospitalisée pendant une semaine névrite optique. J'ai cru réellement ressortir les pieds devant ! J'ai recouvré la vue après 3 bous. J'ai eu très peur...
Autour de moi, ils avaient tous la SEP. Mais personne n'a évoqué cette pathologie pour mon cas, et aucun antécédent familial. Très naïve, mais bon.
Comme je voulais comprendre, verdict psychosomatique de la part des médecins et même du neurologue... Bon j'avais souvent des trucs bizarres, alors ça continuait.
Je pensais rentrer en préménaupose ces dernières années, quelle surprise !
Et puis en 2014, j'ai repris contact avec la neurologue de l'époque.
J'avais gagné 10 ans. riree

Un court récit pour s'armer de patience,
Courage,
Bonne journée,
Marie69

Névrite optique 2003
Tecfidéra 7/14 à 11/15

Avatar de l’utilisateur
Bashogun
Passionné(e)
Messages : 1705
Inscription : 14 juin 2016, 17:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar Bashogun » 03 août 2016, 09:51

Bonjour Tuco et bienvenu2
Tuco a écrit :-IRM cérébrale (sans produit de contraste) de façon à éliminer une éventuelle affection démyelénisante : IRM normale

comme Fafa, c'est ce qui m'a intrigué (ou interpellé) dans ton récit particulièrement clair et précis (mais je n'ai pas tout compris ! :? ).

J'ai l'impression que les divers médecins que tu as pu voir et qui t'ont plus ou moins examiné ont chacun 'chassé' sur leur seul 'territoire'. Çà permet, certes, d'éliminer certaines pathologies, mais le peu qui a été trouvé a pu aussi constituer autant de points aveugles et 'empêcher' de poursuivre le chemin sur certaines pistes.
Le fait que tu n'aies pas eu de véritable examen neurologique (celui que nous tous eu et avons encore régulièrement pour le suivi) en dit long.

Tu le sais mieux que moi, poser un diagnostic peut être long, surtout pour les affections neurologiques.
La patience est ton ami !
Je te souhaite bon courage pour la suite.
Compte Twitter du forum @forum_sep
https://twitter.com/FORUM_SEP
Compte Facebook du forum
https://www.facebook.com/forumsep/

Avatar de l’utilisateur
patoune78
Passionné(e)
Messages : 1960
Inscription : 26 oct. 2015, 15:56
Ville de résidence : sartrouville
Prénom : patricia
Contact :

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar patoune78 » 03 août 2016, 09:54

bienvenu2 Tuco
sep diagnostiquée en 1997, premiers symptômes en 1991, suite au vaccin contre l'hépatite B.

Cette sep dormait, pourquoi ce vaccin l'a réveillée???

Avatar de l’utilisateur
Tuco
Débutant(e)
Messages : 11
Inscription : 02 août 2016, 16:27
Contact :

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar Tuco » 03 août 2016, 14:19

Bashogun a écrit :Bonjour Tuco et bienvenu2
Tuco a écrit :-IRM cérébrale (sans produit de contraste) de façon à éliminer une éventuelle affection démyelénisante : IRM normale

comme Fafa, c'est ce qui m'a intrigué (ou interpellé) dans ton récit particulièrement clair et précis (mais je n'ai pas tout compris ! :? ).

J'ai l'impression que les divers médecins que tu as pu voir et qui t'ont plus ou moins examiné ont chacun 'chassé' sur leur seul 'territoire'. Çà permet, certes, d'éliminer certaines pathologies, mais le peu qui a été trouvé a pu aussi constituer autant de points aveugles et 'empêcher' de poursuivre le chemin sur certaines pistes.
Le fait que tu n'aies pas eu de véritable examen neurologique (celui que nous tous eu et avons encore régulièrement pour le suivi) en dit long.

Tu le sais mieux que moi, poser un diagnostic peut être long, surtout pour les affections neurologiques.
La patience est ton ami !
Je te souhaite bon courage pour la suite.



Le seul examen neuro que j'ai eu, c'était lorsque j'étais hospitalisé en neurochirurgie après la première parésie de la jambe droite (4 décembre), la neuro est venu le Lundi (hospi depuis un vendredi je m'en souviens encore) et m'a examiné pendant 5-10 minutes. J'ai eu droit à (je m'en rappelle bien :
-toucher son nez les yeux fermés
-regarder un stylo qui bouge devant soi
-sourire, etc.
-test des reflexes cheville et genou + coude
-babinski
-marcher sur la pointe des pied et talons (ah ça c'était impossible)
-fermer les yeux et tenir l'équilibre
-enfin des pincement sur le corps pour voir si je sentais bien (difficile à juger je trouve).

A priori c'était normal. Mais bon la neuro je ne l'ai revu que 1 mois plus tard lors de l'affaire de la jambe gauche, et, le compte-rendu du neurochrirugien excluant une maladie démyélénisante je me suis pas attardé sur la SEP...
A vrai dire personne n'a réussi à mettre un mot sur ce que j'avais, et au lieu de dire "on sait pas, mais peut-être qu'on devrait se revoir dans 6 mois 1 an pour faire le point", j'ai eu droit à des affirmations vague "ça doit venir du dos" "c'est dans votre tête mais vous inquiétez pas vous n'êtes pas fou" la palme revenant à cette jeune rhumato qui, le lendemain de l'hospi (soit 1 semaine après l'arrivée aux urgences, mon état ne s'étant pas arrangé), me dit sans m'examiner : "vous dégagez du stress, pour votre pied faut faire du vélo" (sic) :roll: ...

Du coup j'ai laissé tombé l'affaire, et c'est cet été quand c'est revenu que je me suis ressouvenu de tout ça...

Avatar de l’utilisateur
Mallorie
Fidèle
Messages : 977
Inscription : 24 juin 2016, 09:41
Ville de résidence : Périgueux
Prénom : Mallorie
Ma présentation : viewtopic.php?f=32&t=13189
Contact :

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar Mallorie » 03 août 2016, 14:24

Tuco... Le bon la brute et le truand... Bienvenue à toi!

Comme toi je suis en attente de diagnostic depuis mars/avril, c'est un vrai parcours du combattant et il est déroutant d'être dans ce flou artistique sans connaître qui est réellement son ennemi!

Tu en trouveras ici beaucoup dans notre cas, mais également des sépiens qui pourront te faire partager leurs conseils, leur parcours et leurs expériances, ainsi que leur bonne humeur!

A très vite!
[wave=blue]Chanteeeeuuuuuh LA VIE chanteeeeuuuuhhh!!![/wave]
https://www.facebook.com/forumsep/

Avatar de l’utilisateur
fafalarousse
Messages : 12734
Inscription : 30 mars 2013, 09:03
Ma présentation : 47 ans de sep, j'essaye d'aider les nouveaux

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar fafalarousse » 03 août 2016, 14:50

sergio leone oui, il me semble, le bon la brute et le truand suis pas sure. j'ai envie de dire eli walache ou rod steiger. le film? peut être il était une fois la révolution.
mémoire de poisson.
diagnostique 1969
mon rôle sur le forum fut d’accueillir, d'aider, rassurer, et faire profiter les nouveaux arrivants diagnostiqués ou non, de mon expérience de 47 ans de sep.

Avatar de l’utilisateur
Tuco
Débutant(e)
Messages : 11
Inscription : 02 août 2016, 16:27
Contact :

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar Tuco » 03 août 2016, 14:58

fafalarousse a écrit :sergio leone oui, il me semble, le bon la brute et le truand suis pas sure. j'ai envie de dire eli walache ou rod steiger. le film? peut être il était une fois la révolution.
mémoire de poisson.


Oui oui il s'agit bien de Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez, le "Ugly" de Sergio leone, aka Eli Wallach (qui est décédé en 2014 à l'age de 98 ans, et qui avait donc 51 ans à l'poque du film !) mais est-ce forcément le truand du film ?

khadija
Célébrité
Messages : 7407
Inscription : 30 janv. 2012, 14:34
Contact :

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar khadija » 03 août 2016, 15:23

Bonjour tuco et bienvenue à toi parmi nous. A+

Avatar de l’utilisateur
Mallorie
Fidèle
Messages : 977
Inscription : 24 juin 2016, 09:41
Ville de résidence : Périgueux
Prénom : Mallorie
Ma présentation : viewtopic.php?f=32&t=13189
Contact :

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar Mallorie » 03 août 2016, 15:31

Tuco a écrit :
fafalarousse a écrit :sergio leone oui, il me semble, le bon la brute et le truand suis pas sure. j'ai envie de dire eli walache ou rod steiger. le film? peut être il était une fois la révolution.
mémoire de poisson.


Oui oui il s'agit bien de Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez, le "Ugly" de Sergio leone, aka Eli Wallach (qui est décédé en 2014 à l'age de 98 ans, et qui avait donc 51 ans à l'poque du film !) mais est-ce forcément le truand du film ?


Il est repassé à la télé y a quelques jours, je me suis régalée, ça m'a rappelé mon enfance (mon père est fan de ce genre de films). Je dirais qu'il est à la fois bon brute et truand Tuco! Mais attachant!
[wave=blue]Chanteeeeuuuuuh LA VIE chanteeeeuuuuhhh!!![/wave]
https://www.facebook.com/forumsep/

Avatar de l’utilisateur
fafalarousse
Messages : 12734
Inscription : 30 mars 2013, 09:03
Ma présentation : 47 ans de sep, j'essaye d'aider les nouveaux

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar fafalarousse » 03 août 2016, 16:30

j'aurai envie de dire le truand, il n'a pas une tête de méchant, ni de bon. faut dire que bon et con, c'est très proche. je vote pour truand.

moi, c'est pile poil mon époque, on les a tous vus au cinoche avec les copains. un pur régal. en technicolor !!!
diagnostique 1969
mon rôle sur le forum fut d’accueillir, d'aider, rassurer, et faire profiter les nouveaux arrivants diagnostiqués ou non, de mon expérience de 47 ans de sep.

Avatar de l’utilisateur
Defcom
Messages : 12908
Inscription : 13 avr. 2010, 18:15
Localisation : HdF
Contact :

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar Defcom » 04 août 2016, 20:04

cou2 Bonsoir Tuco et bienvenu2
"Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l'immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire."

Avatar de l’utilisateur
mariecg
Fidèle
Messages : 790
Inscription : 18 août 2014, 11:17
Ville de résidence : Villerest
Prénom : Marie
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=11345
Contact :

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar mariecg » 05 août 2016, 11:43

bienvnu Tuco

Le_Bon_La_Brute_Le_Truand___Sergio_Leone.jpg
Le_Bon_La_Brute_Le_Truand___Sergio_Leone.jpg (84.72 Kio) Consulté 981 fois

Avatar de l’utilisateur
Bashogun
Passionné(e)
Messages : 1705
Inscription : 14 juin 2016, 17:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

Re: Nouveau, errance diagnotique

Messagepar Bashogun » 05 août 2016, 19:44

Tuco a écrit :la palme revenant à cette jeune rhumato qui, le lendemain de l'hospi (soit 1 semaine après l'arrivée aux urgences, mon état ne s'étant pas arrangé), me dit sans m'examiner : "vous dégagez du stress, pour votre pied faut faire du vélo" (sic) :roll: ...

Evidemment...
Et il est bien connu que les problèmes de santé et l'incertitude sur ce dont il s'agit permet de rester plus zen que Bouddha...
Comme il est évident que le vélo est la nouvelle panacée !
T'en fais, finalement ?
Compte Twitter du forum @forum_sep
https://twitter.com/FORUM_SEP
Compte Facebook du forum
https://www.facebook.com/forumsep/


Revenir vers « Les présentations »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité